Tales-of-Naruto
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-15%
Le deal à ne pas rater :
– 45€ sur la Trotinnette Xiaomi Mi Electric Scooter Lite
254.99 € 299.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Entrainement d'Hanzo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



Invité


Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
Entrainement d'Hanzo 861077670650left22000/2000Entrainement d'Hanzo 877201515562vide4  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
Entrainement d'Hanzo 241185750233left32000/2000Entrainement d'Hanzo Mini_877201515562vide4  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 300
Ryos 両 / Livres £

Entrainement d'Hanzo Empty
MessageSujet: Entrainement d'Hanzo   Entrainement d'Hanzo EmptyLun 2 Aoû - 15:27

Hanzo était allongé dans une pièce de belle taille, à même le sol. Il ouvrit lentement les yeux et détailla la pièce un instant… A sa droite, un mur en feuille de riz dessinait des ombres étranges, visions impressionnistes des habitudes des locataires s’agitant pendant ce bel après-midi. En face et derrière lui, le mur était d’un ébène pur et magnifique, quelques portraits anciens honoraient les visiteurs de leur regard inexpressifs et différentes phrases calligraphiés avec le plus grand soin exprimaient l’importance du respect et de la tenue dans la société.
Le samurai étira bien malgré lui les bras et fit un mouvement de rotation avec sa tête jusqu’à posé ses yeux sur son côté gauche. Sa pièce était ouverte sur un petit jardin tout a fait délicieux où un cours d’eau s’épanouissait. Ses sens s’ouvrirent a tout ceci et il entendait a présent, les petits clapotis que l’eau faisait, chutant en cascade par endroit, le petit bruissement des feuilles que faisaient le vent dans la végétation luxuriante sans être envahissante et enfin, le mouvement et les bruits que la nature offrait aux voyageurs attentionnés…
Les yeux embrumés par un sommeil pas si lointain, cet homme dans la fleur de l’âge ne saisissait par encore l’impact de cette vision et ce qu’elle impliquait.
Différentes phrases tournaient dans son esprit : Où suis-je ? Que fais-je ? Que vais-je devenir ?
Cette crise anodine et tardive de la quarantaine trouvait sa source dans un sentiment de malaise naissant, comme après une nuit de fête où le sake, bien trop fort, vous fait perdre la mémoire et vous effraie, vous qui détester perdre le contrôle…
Hanzo se leva et fit quelques pas. Il ne titubait pas et n’avait pas le vertige, il respira son haleine, une vague odeur de menthe s’en dégagea… Son thé habituel ? Pourquoi ne se souvenait-il pas de ce qu’il faisait en ces lieux fantasques ?
Par méthode, il observa, attentionné, l’univers qui l’envahissait. Tout était fait pour qu’il se sente bien, comme si on avait extirpé de son soi profond tous ce qui lui plaisait en matière de mobiliers. Même les inscriptions qui, une fois la surprise du réveil passé, contenait des phrases du bushido, code des samurais, avec lesquels Hanzo fut bercé dans son enfance.
Il sourit, c’était irréel tant de coïncidence a moins que…
Il s’arrêta au milieu de la pièce, face du jardin, et s’assit en seiza. Il avait de concentration, de réflexion… Il se souvenait a Tanzaku, ce lieu de débauche qu’il avait côtoyé et les perversions qu’il avait commis…


~~~~~~~~~~~~

- Installez vous Sir Hatori, je suis a vous tout de suite * sourire *
- Je ne suis pas pressé * sourire * Je n’irais nulle part.

Hanzo s’assit sur le bord du lit, il y avait comme un petit quelque chose de connu en ces lieux, un sentiment de déjà vu… Un tableau trônait majestueusement sur le mur d’en face, comme un Prince devant ses sujets. Il était haut placé et sombre de couleur, impérieux. La projection habilement employé par l’artiste donnait une impression de profondeur encore inégalé et au bout de cette ligne directrice, un loup noir semblait scruter l’invité d’un regard froid, autoritaire. Ses pupilles jaunes refroidissaient les envies d’Hanzo dont l’esprit s’évadait, porté par cette sensation de servitude mêlée a une familiarité singulière…
Près du lit encore, une statue d’un loup, probablement d’une louve même, protégeant sa portée, était saisissante de réalisme, comme si l’artiste avait une fois encore photographié l’instant en un coup de burin. Le marbre immaculé utilisé dans cette œuvre la rendait encore plus frappante.
Le samurai réajusta sa position, un lieu emplit de loup, un air de déjà vu…
Il ne pouvait pas y croire, il se leva d’un bond et sortit de la chambre pour tomber face a « numéro 4 ».


- Vous alliez vous en allez ? * sourire aguicheur * Coquin !
- Ce n’est pas exactement ce que je vou…

La jeune femme l’embrassa avant qu’il ne puisse finir. Il recula un peu, sur le coup de la surprise, puis continua en saint homme .

- Je disais que ces lieux me sont étrangement familier, je pense savoir qui tenait l’office et…
- Chuuuttttutututut * sourire * C’est maintenant l’heure de vous détendre samurai, laissez vous portez, votre journée a été éprouvante * sourire *
- Hmm en fait pas temps que cel…
- Détendez vous, laissez moi vous débarrasser de ce haut encombrant * sourire *

Hanzo se laissa faire bien malgré lui et se retrouva torse nu devant la jeune femme qui, après un coup d’œil rapide, ne semblait pas beaucoup vêtu. Comme tout homme un tant soit peu galant et respectueux, le samurai déglutit, il ne pouvait faire marche arrière et espérait simplement que le poids des années ne l’avait pas rendu impotent en ce qui concerne les choses de dessous la ceinture, surtout que maintenant que prostitué l’avait jeté sur le lit, il n’avait plus aucune chance de s’en défaire, du moins, plus sans le pantalon qu’elle venait de lui ôter…
Dans une posture sensuelle, elle se cabra sur le samurai, frottant sa poitrine le long de son corps jusqu’à poser ses lèvres sur les siennes avant de lui murmurer avec douceur les mots suivant :


* Bien, vous semblez mieux a présent n’est-ce pas ? * sourire * Laissez vous faire, je suis tout a vous… *

L’homme redevenu jeune adulte hocha la tête avec un sourire gêné, il laissa choir sa tête en arrière et laissa la jeune femme a son office… Embrassant son cou, elle le mordit dans le creux de l’épaule, un genre de marque de fabrique de l’établissement, un peu comme un « Bienvenue à l’Auberge du Croc Argenté, nous vous souhaitons un agréable voyage au septième ciel ! » et pour le moment, il devait avouer que, passer la douleur enivrante que lui procurait cette morsure, ce qui s’en suivit était d’une tout autre planète.
Son corps martyr des années plongea dans un bain de douceur qui pansa toutes ses blessures : cicatrices, écorchures, mal être et peine de cœur, tout ces sentiments s’envolèrent comme un oiseau migrateur sentant le printemps progresser a grand pas à l’instar de son sexe qui prenait son envol sous les caresses de cette professionnel qui ne méritait visiblement pas son numéro… De toutes les femmes qu’il avait pu connaître, sa prestation lui valait la première place bien qu’il songea après coup que ce numéro n’était sans doute synonyme qu’anonymat plus que de perfectionnisme. La mise en bouche, tout comme un buffet, était véritablement exquise, non que le samurai soit un fin gourmet, il apprécia plus que de raison la sensation que lui procurait ce contact utopique d’un corps chaud et humide contre son intimité palpitante si bien qu’il ne mit pas plus de temps avant de rendre son dernier souffle… Non pas pour ce monde mais pour son monde, sa bulle fantasque éclata en même temps que se déversait son plaisir, ponctuer par un hoquet de surprise de « numéro 4 » qui ne put réprimer un petit sourire ravit.


- Vous semblez apprécier * sourire * Voila la suite !
- Ah parce que c’est pas fini ?

Hanzo semblait horrifier, il ne pourrait jamais tenir plus longtemps mais la jeune femme dévoila sa poitrine magnifique et, déglutissant, sa salive fit le trajet inverse de sa virilité montante… Round 2 !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Hanzo ouvrit les yeux, la mémoire lui revenait a présent, mais cela n’expliquait en rien ce qu’il se passait mais au moins il était fixé. Un petit sourire se figea a sur ses lèvres, il n’avait sans doute pas été l’un des meilleurs clients qu’elle avait pu avoir mais il repasserait, sans aucun doute.
Faisant craquer son coup, le samurai se releva, il était temps de sortir a présent…

Des bruits de pas se firent entendre. Un cri, le cliquetis des armes sur une armure, nul doute que la garde pénétrait dans cette endroit… Hanzo ferma les yeux et retourna en Seiza, il sentait le vent tourné et lui caressé le visage a présent, c’était agréable.
D’une main sûr, il rassura la prise de son Katana, toujours a ses côtés.

La feuille de riz clissa et cinq hommes armés déboulèrent dans cette pièce paisible, l’un d’eux avait dans ses mains la jeune prostituée d’hier soir. Elle avait visiblement essuyée quelques coups et pleuraient, son maquillage coulait mais malgré tout ça, elle était plus que désirable.
Hanzo toujours de dos, ne l’avait pas encore aperçu, il gardait un calme apparent mais lorsque le soldat lui attrapa l’épaule tout dérapa…

- … Tu m’écoutes ou pas !

Le samurai accompagna le mouvement et décocha un coup de poing a la tempe du garde tout en se relevant, expédiant celui-ci quelques pas derrière et libérant la jeune femme de son emprise. Hanzo dégaina son bras comme une lame et attrapa la main de cette dernière avant de l’attirer derrière lui
Le vrai match allait commencer… Il ne voulait pas faire couleur le sang mais s’il le devait. La rage de l’aventurier s’évertuait en lui a présent, il ne reste que la connaissance de Hanzo Hatori, marchand et samurai itinérant de Kiri, maintenant il était un voyageur accomplit sur lequel comptait toute une population, il avait la force de porter leur espoir et cinq gardes n’allaient pas tarir ce sentiment de puissance qu’il ressentait.

- T’es mort… Cette pute t’as balancé, tu n’as aucune chance de t’en sortir a présent…
- J’ai peur de ne pas comprendre ?
- T’es Hanzo Hatori, un individu originaire de Kiri et apparemment ils ont confiance en toi et son porté par un genre d’espoir stupide ou d’honneur a la con… Notre commanditaire te veut mort pour assoir sa domination sur Kiri… Prépare toi !
- Stupide…
- Comment ?
- Si je me prépare, vos chances de victoires sont nulles…
- Connard !
- Trop tard…

Hanzo esquiva la première lame qui tenta de le pourfendre et prit soin d’enrouler ses larges manches autour de cette dernière, dans un mouvement de rotation, la lame sauta et glissa sur le sol, Hanzo fonça tel un serpent et frappa trois fois, estomac - plexus solaire - glotte , le mercenaire tomba au sol tandis que le « chef » ordonna qu’on exécute le samurai.
Ce dernier dégaina une partie de son sabre pour bloqué une attaque verticale et frappa d’un coup de pied celui qui venait de l’attaque avant de projeter le fourreau de son sabre dans le visage du deuxième pour finalement bloquer la dernière attaque qui lui était destiné. Avec un mouvement de balayage, il fit tomber ce dernier avant de lui frapper le plexus de sa garde.
Une roulade et il évita le carreau de la mini arbalète du leader, il fallait en finir avec lui rapidement. Hanzo se rua sur lui sans son sabre et lui colla un crochet rapidement avant de l’attraper par une pièce de son armure et le battre de quelques coups placés en plein visage.
Derrière lui, les deux derniers en état de combattre fonça sur Hanzo qui fit une cravate au première puis une esquive suivit d’un uppercut au second… Il s’improvisait combattant aguerri pour la bonne cause…
Décidé d’en finir, il se retourna vers le dernier mais un imprévu le frappa… Une lame d’une quinzaine de centimètres était enfoncé dans sa chair… Il regarda, incrédule la blessure et recula sous le choc…

«  Ce n’est pas possible… Pas comme ça… Je suis devenu plus fort… Je suis plus fort… Je suis fort !!! Argh damned… Y passé comme ça… »

Hanzo vit trouble, encore un pas en arrière… En face de lui son adversaire semblait regagner confiance… Il regardait le samurai mourant sombré dans ses derniers moments de vie…


________

+ 25xp
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
Entrainement d'Hanzo 861077670650left22000/2000Entrainement d'Hanzo 877201515562vide4  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
Entrainement d'Hanzo 241185750233left32000/2000Entrainement d'Hanzo Mini_877201515562vide4  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 300
Ryos 両 / Livres £

Entrainement d'Hanzo Empty
MessageSujet: Re: Entrainement d'Hanzo   Entrainement d'Hanzo EmptyMar 7 Sep - 21:20

Un léger vent lui caressait le visage, ça venait du petit jardin qui jouxtait la pièce dans lequel il était en train de périr… Il sentait en lui la chaleur de la blessure irradiée tandis que le reste de son corps perdait en vitalité… La mort était une chose moins agréable qu’il n’avait pu le croire. Il s’était vu, mort dans son sommeil, après une vie de misère dans la pauvreté la plus total, mais tellement remplit d’expérience et de compassion dans le vieux Kiri… En lieu et place de cela, il mourrait sur un parquet de luxe, une lame dans l'estomac…
Il ouvrit un peu les yeux, la prostituée de la veille tenait sa tête sur ses genoux… Elle pleurait.
Hanzo se demanda comment on pouvait etre aussi belle tout en étant couverte d’hématome et de larme. D’ailleurs il se demandait également ce qu’il faisait au sol, était-il tombé de sa blessure ? Une absence sans doute, comme un coma, l’avait fait oublier cet incident ? Et où était passée la douleur qu’il avait ressentit jusque là ?
Hatori baissa la tête vers son ventre et remarqua que la lame y était toujours présente, le sang coulait encore a flot de la blessure. Il sourit, il n’avait pas rêver, c’était sa fin auquel il assistait.
Au dessus de la lame, il remarquait une ombre étrange que ses yeux, embués par l’arrivé de la mort, n’avait pas saisit tout de suite. Il la suivit pour tomber sur le visage du garde chargé de son exécution. Ce dernier s’approcha du corps du samurai avant de lui cracher au visage… Que s’était immonde de sa part, le respect, même pour son adversaire, faisait partit du bushido et Hanzo était persuadé qu’il finirait par pourrir comme un chien après sa mort, sa tête toujours fixé sur ses épaules…
Le sourire disparu, son regard gagnait en clarté… Il est hors de question pour un homme tel que lui de partir de la sorte !
Sa main droite, tremblante tentait d’agripper la lame qui lui fendait l’abdomen, péniblement. Le mercenaire ne s’en soucia pas, il continua d’avancer avant de décocher une mandale, du revers de sa main, à la prostitué qui émit un petit gémissement de douleur.



C’en était trop, Hanzo empoigna la lame avec toute la force qu’il possédait encore et l’enleva de son ventre avant de la dirigée avec rapidité vers la zone sous mandibulaire du chef des assassins, ce dernier, penché pour frapper la jeune femme était parfaitement a la bonne taille. La frappe fut aussi violente que rapide, le sang gicla sur le visage du samurai, enivrer par la douleur retrouvée.

L’époustouflant cauchemar commençait a présent pour les quatre hommes restant. Ces derniers, un peu sonné par les précédent coups du samurai, reprenait leur souffle quand la scène vira au rouge. Ils virent le corps de leur chef s’affaissé tandis que dans son ombre, d’un mouvement opposé, Hanzo se relevait autant par esprit combattif que par pure démence.
Le samurai était imbibé de sang, ses cheveux, totalement en bataille assortit avec le sang qui lui maculait le visage lui donnait un air démoniaque.

- Je sens la douleur s’emparer de moi… C’est une douce souffrance…

Un sourire carnassier apparaissait maintenant sur le visage du samurai. Il tenait fermement de sa main droite la lame qu’il utilisa pour tuer le chef et qui lui avait causer cette blessure…

- Mon père me le disait toujours… Tant qu’on ressent la douleur, c’est que l’on est vivant… Avec ce que je ressens, je déborde de vie !

Hanzo fonça sur ses adversaires, porté par un force invisible et étrange. Il taillada la gorge du premier adversaire avant de projeter le second d’un chassé du pied.
Une lame arriva bien vite vers lui mais d’une poigne de fer, il agrippa l’acier qui lui mordait la chair et adressa a sa prochaine victime un regard morbide.


- Adieu Kekeke

Le samurai dévia la lame et passa outre cette maigre défense pour trancher la gorge de celui-ci avant de foncer vers le dernier, le plus amocher des gardes encore en vie. Ce dernier n’effectua pas un mouvement, la lame dans son cœur s’immobilisa, il la regarda et bascula en avant.
Hanzo respira a présent, il avait le souffle court et sa cage thoracique se soulevait rapidement au rythme de ses inspirations. Il se retourna vers le dernier garde encore en vie, allonger sur le sol.
Ce dernier avait traversée la feuille de riz et gisait, gémissant, sur le sol.
Le samurai le saisit par l’armature de son armure et l’approcha de son visage.


- Qui t’envois…
- Va te faire foutre !
- Hmm… Ce langage est trop familier avec moi jeune homme, je pourrais sans doute etre ton père, c’est pourquoi je rechigne à t’ôter la vie, mais dans mon éducation, mon père m’aurait rosser si j’avais oser lui parler de la sorte… Ici la punition sera bien plus extrême… Parle !
- Kairi… C’est tout ce que je sais
- Il veut le contrôle de ma Kiri ?
- Nan * sourire * Il l’a déjà héhéhé
- Hmm… Et bien soit… Bonne nuit…

Hanzo resserra sa main autour de la gorge du jeune homme et l’exécuta de la sorte.

-----------

L’adrénaline du combat disparaissant, Hanzo commençait a ressentir les effets de sa blessure. Il avait perdu beaucoup de sang, il n’avait pas beaucoup de temps.
Il se rua sur son sac et sortit différentes onguents qu’il tendit a la jeune femme. Elle comprit relativement vite ce qu’il attendait d’elle et elle s’exécuta rapidement.
La blessure était grave, profonde. Le sang perdu ne se récupèrerait pas tout de suite et le samurai serait sans doute faible pendant un moment encore…
C’était du moins sans compter les remèdes miracles que grand père Hatori maitrisait. Il bu rapide un thé qu’il gardait dans une petit fiole, d’un gout aigre mais dont les effets stimulaient la génération d’hémoglobine en grand nombre. Suite a quoi il s’administra une bonne dose d’une drogue maison qu’il inspira par les narines avant d’avaler une pilule surprise qu’il gardait pour ce genre d’occasion.
Maintenant au bord du K.O il s’allongea, il fallait qu’il récupère suffisamment pour fuir une fois les onguents appliqués… Fuir avant que la garde ne rapplique…

Cette expérience, loin d’être agréable, lui avait profondément changé l’esprit. Il envisageait l’avenir tout autrement… Kiri était encore sous le joug d’un enfoiré qui voulait sa mort, son corps souffrait le martyr et…
Il repensa a ce moment de folie qui avait précédé le massacre des mercenaires. Il était complètement hors de lui-même, comme si un second soi s’était emparé de son corps pour commettre les pires ignominies. Un genre de démon enfouis sous sa sagesse et sa gentillesse habituelle qui le rendait fort… Terriblement fort.


«  La haine est-elle au final plus puissante que la conscience ? Me laisser ainsi envahir par cette colère intense, bruler par un désir de mort inouïe, est-ce le moyen d’accéder a une force supérieur …? Dois-je devenir mauvais pour devenir fort et ainsi sauver Kiri… ? »

Il repensa a l’épopée d’un homme qu’il connaissait bien a présent, l’histoire d’un déserteur de Kiri qui troqua sa vie, son bonheur et sa santé contre de la puissance, toujours plus de puissance…
Hanzo ferma les yeux un moment, il sentait les mains de la jeune femme, souple, douce et experte parcourir son corps, appliqués des crèmes et tendre des bandages…
Lorsqu’il émergea de ses pensées, le bruit des pas de la garde résonnaient déjà.


- Allons-y !
- Mais vous êtes encore souffrant !
- Qu’importe, la garde arrive…
- Comment le savez-vous ?
- Tu ne les as pas entendu ?

Hanzo fronça les sourcils… Sa concentration était-elle a se point forte que ses sens étaient exacerbés ? Ce n’était pas vraiment important après tout, il saisit son sabre, le rangea et récupéra ses affaires avant de se tourner vers la jeune femme.

- Ne crois pas que je vais t’abandonner ici, tu m’as sauver la vie et en restant ici tu es condamnée a la mort… Tu ne seras libre qu’une fois ce « Kairi » dans les limbes, jusque là, si tu veux survivre, reste à mes côtés !
- Je… Je ne sais pas
- Et bien obéis *sourire*

Hanzo attrapa la femme par la taille, il apprécia la finesse de ses courbes et la légèreté de son corps, et se dirigea vers les jardins. Il savait où se diriger, il avait médité devant cet arbre depuis assez longtemps pour savoir que ses branches l’amèneraient directement hors de la batisse et qu’il semblait assez solide pour supporter sa course rapide.
D’un bond, il sauta les marches et fonça vers le tronc incliné, il le gravit sans peine, sauta sur une branche, s’appuya sur une autre à la manière d’un escalier et, s’assurant une prise de sa main gauche, utilisa cette dernière pour se balancer jusqu’au muret… Il ne restait plus qu’a sauter de l’autre côté.
Derrière lui, la garde s’approchait, cela ne le préoccupait guère, il savait ce qu’il avait a faire a présent.
Une fois ses pieds foulant le sol meuble de cette allée sans pavée, il déposa la femme, l’attrapa par la main et couru rapidement en direction de la sortie de la cité. Il ne fit pas attention aux gardes qui l’ignorèrent tout bonnement et le voila dehors, en charmante compagnie…
Ses traits toujours durcis par l’atroce vérité qui lui avait sauté aux yeux, il continua sa course en direction de la foret. Il fallait qu’il trouve où passer la nuit pour se reposer et récupérer, demain il marcherait sur Kiri, décidé de récupérer le village qui comptait tant pour lui, quitte a troquer son ame avec le diable !



_________

+ 25xp
Barre d'xp remplit a fond
Revenir en haut Aller en bas
 

Entrainement d'Hanzo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales-of-Naruto :: Tanzaku-