AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réunion du conseil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



Invité


Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
2000/2000  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
2000/2000  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 300
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Réunion du conseil   Jeu 12 Déc - 19:55

Alors aux portes du village, Uchiha Hisashi avait refusé de participer à l'opération suicide de son nouveau leader. Si celle-ci voulait se livrer à l'ennemi, il ne pouvait l'en empêcher mais il n'y participerait sous aucun prétexte. De plus, avec sa sortie, le village aurait besoin d'un conseiller pour le guider le temps de son retour si, bien sûr, elle revenait. Il était assez idiot de sous-estimer l'ennemi. Les colons avaient réussi à mettre à mal des générations de ninjas d'une puissance parfois inégalée alors il était naïf de penser que deux niveaux et un loup arriveraient à s'aventurer au-delà des frontières sans en payer le prix. Néanmoins, malgré sa réticence et ses doutes, il ne pouvait qu'espérer leur retour, sain et sauf. Ils séparèrent alors, l'homme aux yeux rouges retournant vers le village. Là, il se dirigea vers sa demeure pour y retrouver sa femme. Le temps de plusieurs heures, il réussit à se détendre grâce à elle, oubliant son inquiétude pour le corps expéditionnaire qui venait de partir. Mais ses doutes ne purent réellement se dissiper. Un membre des forces spéciales vint toquer à sa porte et, immédiatement, il comprit. S'il était là ce n'était pas pour lui annoncer une bonne nouvelle. Les mots qu'il prononça peu après lui confirmèrent sa vision des choses. Le Shinguru kage avait été enlevé et était très probablement mort à l'heure qu'il est. Les informations qu'elle avait pu lire le jour de son élection était à présent entre les mains de l'ennemi qui, il n'en doutait pas, avait réussi à les obtenir de gré ou de force. Il faudrait tout changer et, si possible, immédiatement. Il ordonna à l'ANBU de convoquer tout les membres du conseil immédiatement. C'était un code noir, une chose que les conseillers avaient du gérer peu de jours auparavant après la mort de l'ex-shinguru kage.

Dans l'heure, chaque conseiller fut prévenu, où qu'il soit. Puis, ils vinrent tous. Après trois heures, chacun étaient dans la salle du conseil. Celle-ci était interdite à toute personne n'étant pas un conseiller du pays, c'est-à-dire que le Shinguru kage ne devait pas y être à moins d'y être invité. C'était une mesure pour que les conseillers puissent parler librement sans craindre le courroux de son seul supérieur hiérarchique. Les conseillers, au complet, regardaient à présent l'homme qui les avait convoqué avec un code qui en disait long sur la situation.



- Hisashi-sama, pourquoi nous avoir convoquer avec un code noir ?! Est-il arrivé quelque chose à Yuuji-dono ?

L'air souriant habituel de Hisashi s'était transformé en un air d'un sérieux inhabituel. Oui, l'heure était grave, à nouveau. Les conseillers se regardèrent, le silence du conseiller debout en face d'eux était assez inhabituel. Ce n'était finalement pas une exercice...

- Conseillers. Il y a peut, Yuuji Konshio est partie de ce même village en direction du territoire de l'ennemi. Elle était alors accompagné d'une créature étrange, un loup sans doute, et de Hyûga Aîzen. D'après le rapport des forces spéciales, celui-ci fut vu aux portes vu village indiquant aux gardes que la shinguru kage avait été enlevé. Il repartait, seul, à sa recherche. Et bien que nous puissions être en mesure de nous demander comment Aîzen-sama a pu échapper au sort de son leader, nous devons auparavant nous occuper du clan.

Les conseillers se regardèrent chacun dans le blanc des yeux, chuchotant à leur voisin ce qu'il pensait de tout ça, demander comment c'était possible. Puis, le plus âgé d'entre eux pris la parole.


- Êtes-vous sûr de ce que vous avancé ? Notre leader, à peine élu, aurait été en territoire ennemi pour se livrer à l'ennemi dans une opération suicide ? Et, si l'on en croit vos dires, Aîzen-sama pourrait très bien être un traître l'ayant livré.

Nurarihyon observa le vieil homme. Il était très respecté, influent. Lorsqu'il parlait, chacun de ses mots inspiraient à la sagesse, à la réflexion. C'était un homme sage, un grand homme.

- Hidemoto-dono, je crains avoir vu moi-même notre leader partir du village après qu'elle m'eut invité à la rejoindre. L'opération était risquée, trop risquée, et surtout suicidaire. Je n'ai pu accéder à sa demande. Et les rapports viennent des gardes ayant été alerté par Aîzen-sama en personne, je doute qu'il ait mentit. Quant à son implication dans tout ceci, je ne saurais me prononcer au vu des preuves rapportées puisqu'elles sont inexistantes.

- Nous savons, en tout les cas, qu'il ne peut sauver notre leader seul, n'est-ce pas. Si, par miracle, il y parvenait je crains que son implication dans cette affaire ne soit douteuse. Il ne peut vaincre les colons à lui seul, ni même leur faire peur à lui seul. Ainsi, pour la récupérer il aurait besoin de nous trahir ou d'être un traître. Dès lors, son ambition serait d'accéder à un rang suffisamment haut pour être influent et manipuler le leader du village dans le but d'aider les colons.

- En effet, c'est une théorie. Seulement, jusqu'à preuve du contraire ce ne sont que des hypothèses que vous avancer, conseiller. Si par malheur celles-ci devaient s'avérer correct, la sécurité du pays serait remise en cause. Pour l'instant, nous devons nous préoccuper de celle-ci.

Le vieil homme hocha la tête. Il respectait le jeune homme pour ses prouesses sur le champ de bataille mais aussi pour sa vision des choses. Il envisageait toutes les possibilités, la plupart du temps, un vrai penseur. Un fin stratège.

- Nous pouvons supposer que l'ennemi a réussit à soutirer des informations à notre leader. Le clan Morino étant capable de de soutirer des informations à quiconque, il ne serait pas étonnant que les colons aient développés une faculté leur permettant d'en faire de même. Pour ne pas dire qu'il torture simplement leurs prisonniers. Mais vous le savez, nous en avons parlé il y a peu de cela. Ainsi, nous devons remettre en place le processus de défenses avancées. Avec votre accord, les Uchiha iront renforcer les frontières avec le soutien du clan Hyûga. Les forces spéciales seront à nouveau divisées en deux groupes, l'un allant soutenir les frontières, l'autre protégeant le village. Nous allons changer les horaires de garde, les trajets... absolument tout. À nouveau. C'est le mieux que l'on puisse faire pour le moment tant que nous ne connaissons pas la situation de Aîzen-sama et Yuuji-sama. Et ceux-ci reviennent, nous devrons être prudent. Il n'est pas impossible que l'ennemi ait pu lui implanter quelque chose permettant de la manipuler. Nous ne connaissons pas, après tout, l'étendu réel de leur force.

Sur ces mots, le conseil fut terminé et les changements furent effectués. Le clan Uchiha et Hyûga fut envoyés aux postes avancés pour la sécurité du pays. Grâce au Byakugan, la surveillance des frontières devenaient plus aisées et, grâce au Uchiha, la protection de ceux-ci était assuré. Ces duos étaient parmi les plus efficaces pour la surveillance du pays, certains d'entre eux étaient même formé dès leur jeunesse. Leur avenir était alors tracé : être garde-frontière.
Revenir en haut Aller en bas
Yasuo Suzuran
Kage / Admin

avatar

Kage / Admin

Messages : 2288
Date d'inscription : 23/09/2009
Age : 26
Localisation : Amiens

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
5430/5430  (5430/5430)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4630/4630  (4630/4630)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 400
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Ven 27 Déc - 1:23

Après son petit discours dans les rues, Yasuo ainsi que ses plus fidèles disciples, se rendirent au temple de Shinobi no Kuni pour y rentrer les membres du conseil, si ces derniers désiraient s'exprimés. De toute façon dans la tête du Suzuran, sa nomination était naturelle et légitime, il n'y avait pas a discuté de sa position, mais des actions pouvant être mené dans le but de relever le village parti en décadence depuis le mois dernier.
Selon le samouraï, le changement de pouvoir était survenu trop rapidement pour Yuuji, et trop tardif lorsqu'elle fut capturer, laissé un village sans chef et il partira vite en désuétude. C'est donc plein de détermination qu'il entra dans le temple et commença a dispensé ses ordres comme autant goutte dans un océan d'impératif.

Aussi, le secrétariat fut envoyé en congé et remplacer par des samouraïs, des gardes furent rajouté à l'entrée et les salles investies par les forces de Tetsu. C'était une invasion interne, une prise de pouvoir intrinsèque au sein d'une même alliance, un push qu'il voulait faire sans perte ou violence.


- Bien, une fois que vous aurez fini tout ceci, rejoignez moi dans la salle du conseil je vous pris.

Yasuo quitta son cercle de fidèles et entra seul dans la salle qui était pour le moment vide. Il sourit, regarda la pièce et se rendit vers le plus grand fauteuil, en bout de table, la place du dirigeant. Là, il alluma sa pipe et pausa son verre en bambou sur la table. Il fouina un peu et dégota un sake de fort bonne année, et s'en servit un peu.
Plus qu'a attendre désormais...

///

Les Généraux de Tetsu :

Yasuo Suzuran = La Mort Bleu
Spoiler:
 

Hiruma Yoichi = Le Diable Rouge
Spoiler:
 

Avala Seishu = La Rose Noire
Spoiler:
 

Byakko = Le Renard Blanc
Spoiler:
 

Kira = Le Sans Visage
Spoiler:
 

Bachi Roronoa = Le Démon Vert
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
2000/2000  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
2000/2000  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 300
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Ven 27 Déc - 1:59

La discussion avec le chef du clan des Konshio s'était passée de façon amicale sans accroc, et le dénouement fut convenable pour tous. Ainsi, le Uchiha était repartit vers l'entrée tandis que la femme les dirigeant luttait pour revenir à la vie. En quelque sorte. Il espérait très sincèrement la revoir car ils n'aimaient pas trop faire des élections à tout va, une autre élection aurait conduit le peuple dans le doute et, eh bien, disons que cela aurait mis le village et le pays en danger. Si elle se réveillait, elle pourrait retrouver ses fonctions sous un contrôle étroit du conseil qui, notamment, ferait en sorte de restreindre ses libertés. Elle pouvait s'attendre à une leçon de moral par le plus vieux d'entre eux puis, bien sûr, une requête pour qu'elle ne quitte plus le village ni le pays sans leur accord. Le ton que le vieil homme emploierait ce jour-là lui ferait sans doute comprendre que sa demande ne tenait pas vraiment d'une requête mais d'un ordre. Le conseil ayant toujours le droit de répudier les droits du leader dans des cas extrême. Évoquer ici une trahison serait possible en un sens mais il fallait espérer que personne n'aille jusque là. Enfin, l'avenir le dirait.

Hisashi était rentré chez lui et, sa femme à ses côtés, il se détendait sur un canapé. Il réfléchissait à tout ceci entre deux réflexions concernant son clan. Les choses se passaient étrangement. On avait douté de lui, la shinguru kage s'était montré très imprudente et on portait Hyûga Aîzen parmi les disparus en ce moment. Tout ceci était très étrange quand on y pensait mais un lien... disons qu'il le cherchait. En espérant, bien sûr, que ce ne soit pas un coup des colons sans quoi la situation deviendrait bien plus grave qu'il ne l'imaginait. Après une nuit de sommeil et quelques heures après midi, ce fut le cas.

Nurarihyon fut contacté par un membre des forces spéciales. La shinguru kage s'était à demi-réveillée mais replongeait dans un sommeil profond tandis qu'un homme semblait prendre doucement le pouvoir. Ce n'était celui ayant donné les affiches — il n'avait pas reçu d'alerte à ce sujet — donc c'en était un autre. Une tierce personne. D'après les dires de l'ANBU, il se nommait Yasuo de son prénom et prétendait descendre de Serizawa Suzuran. Il ne connaissait pas vraiment ce nom mais il l'avait déjà entendu ou vu. Il se rendit immédiatement à la bibliothèque et trouva ce qu'il cherchait. Cet homme était autrefois un déserteur considéré comme ceux de la pire espèce. Le livre ne contait pas toute l'histoire mais on l'avait soupçonné de travailler avec la Lune Rouge, les pires hommes du monde ayant conduit à des guerres, enfin, la pègre en son entièreté en somme. Son descendant ne semblait pas lui ressembler mais ses derniers actes prouvaient le contraire... Intéressant. Le Uchiha se rendit dans la rue quand un homme masqué vint à nouveau à lui. L'homme était au temple, dans la salle du conseil. Osé mais très imprudent. Les hommes du conseil n'étaient jamais là-bas ; les conseillers venant de tout le pays, ils rentraient chez eux. Il y avait pour certain une semaine entière de marche. On confiait alors un sceau à ces hommes, un de ceux permettant une invocation humaine. Seul le grand conseiller pouvait le faire mais, celui-ci vieillissant, on avait confié la chose à un homme de la capitale, Uchiha Hisashi. C'était en lieu sûr et, pour sûr, il ne l'utiliserait pas ici. S'il le faisait, une horde d'hommes très dangereux et, du coup, très en colère viendrait vers lui pour lui demander des explications — puisque l'invocation serait immédiate, impliquant qu'un homme nu arriverait nu. Les conseillers se retourneraient alors face à celui impliquant leur présence et celui-ci serait envoyé en prison dans un état ... eh bien, sa propre mère ne pourrait le reconnaître. Il valait sans doute mieux qu'ils évitent ce scénario.

Il se rendit donc au temple accompagné de son frère. Il n'avait besoin que d'un homme pour tuer un village entier grâce au duo de leurs yeux. Celui-ci attendrait donc dehors, au besoin. En activant ses yeux, le Uchiha entra sans se faire voir bien qu'il était à un mètre des gardes. Ceux-ci furent d'ailleurs maîtrisés rapidement par le cadet qui pouvait profiter du pouvoir de son frère. Un genjutsu suffisait à maîtriser chacun d'eux tandis que l'illusion leur faisait croire que rien ne se passait. Un à un, ils tombaient.

Finalement, ce fut au tour de leur leader, à eux. Le shunou no Uchiha finit par arriver dans la pièce qu'il ouvrit. À nouveau, rien ne bougeait pour les autres. Ce que voyait Yasuo Suzuran ne différait pas des dernières minutes. Il se pensait seul. Aucun instinct ni aucune faculté ne permettait de passer outre l'illusion du Uchiha — d'où sa puissance — ce qui lui permet d'apparaître d'un coup sur la chaise à droite de l'envahisseur. Son sharingan fixait l'homme sans en perdre une miette.


- Yasuo Suzuran, n'est-ce pas ? Descendant d'un déserteur dont j'ai pu découvrir le nom aujourd'hui grâce à vous. La bibliothèque a de très bons livres. Dommage que ceux-ci ne fassent pas l'éloge de la pègre. Enfin...

Il continuait d'observer l'homme de ses yeux rouges — mais ce n'était pas le Mangekyô Sharingan qu'il avait désactivé en arrivant aux escaliers une fois les gardes hors jeu.

- Votre petit numéro, je dois dire, est très intéressant. Toutefois, je crains qu'il ne cesse rapidement. Si vous espérez de l'aide de vos gardes, sachez qu'ils sont actuellement tous dans un profond sommeil. L'édifice, lui, est gardé par les Uchiha et quelques Hyûga qui observent chacun de vos mouvements, les murs n'étant pas un problème pour eux comme vous le savez. Aussi, je vais vous demander de quitter ce siège et, à terme, le village. En tant que citoyen de ce pays vous êtes ici le bienvenu mais vos manières, aujourd'hui, ne furent ni appréciées ni tolérées. Je ne connais pas vos motivations, à vrai dire, et je mentirais en disant que je m'y intéresse... Toutefois, votre tentative de faire... quoique vous vouliez faire, ne fonctionnera pas. Vous êtes seul, ici. N'espérez aucune aide de quiconque. Les forces spéciales s'occupent à l'heure actuelle de vos hommes — en douceur — tandis que je tente de vous faire renoncer. Si je n'y parviens pas, un combat s'engagera sans doute mais ce ne sera pas du un contre un, sachez-le. Ceux qui nous surveillent ne permettraient pas une telle chose. Vous seriez maîtrisé assez vite pour que votre épée ne fasse couler ni le sang, ni les larmes et votre jugement serait sévère pour vous être dressé face à un membre du haut conseil. Alors, pour que tout se passe bien, je vous invite à quitter humblement les lieux, Yasuo-san.

Malheureusement pour le pseudo-révolutionnaire, le Uchiha ne plaisantait pas. Il était courageux de se présenter dans la capitale mais outre l'effet de surprise ayant conduit les ninjas à ne rien faire, il ne pouvait espérer mieux dans la mesure où des conseillers vivaient ici et que la sécurité y était à son maximum. En fait, il valait mieux — pour un coup d'état — commencer par les petits villages. Gagner du terrain à l'extérieur de la forteresse qu'était Shinobi no Kuni. Le pouvoir ne se gagnait pas toujours en commençant par la tête du roi, il fallait d'abord convaincre le peuple et, bien que ce fut sous-estimé, les penseurs. Si l'on arrivait à convaincre les conseillers en dehors du village que sa cause était meilleure, le combat était presque gagné. Dans le cas de Yasuo Suzuran, il était déjà perdu. Sa tentative avait été remarquée, démantelée et maintenant tous savaient à quoi s'attendre de lui. Sans compter qu'aux dernières élections, il n'avait pas été dans les candidats. S'il souhaitait le pouvoir, ce n'était donc que par la force...
Revenir en haut Aller en bas
Bachi Roronoa
Juunin / Bretteur/ Moderateur

avatar

Juunin / Bretteur/ Moderateur

Messages : 1426
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 25
Localisation : Paris

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4760/4760  (4760/4760)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4200/4200  (4200/4200)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 114
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Ven 27 Déc - 3:21

En quelques sauts sur les toits, Bachi récemment changé en un homme plus décent, loin des allures de vagabond qu'il avait en entrant au villag,e se dirigeait droit vers le palais. Il passa par les portes où il fut arrêté par des ninjas des forces spéciales. Ils disaient qu'un terroriste était à l'intérieur et que les deux frères Uchihas s'en occupait.

- Des terroristes ? Vous y allez un peu fort, c'est Yasuo Suzuran, le chef de Tetsu. Si vous commencez à appeler vos alliés comme ça …
- Les ordres sont les ordres.
- Tu n'as reçu aucun ordre, tu n'es même pas au courant de la situation, en attendant je suis Bachi Roronoa, un des généraux de Tetsu, mon supérieur est à l'intérieur et me demande. Alors veuillez me laisser passer.

L'aura démoniaque de Bachi prit le pas sur la zone et les soldats masqués eurent un mouvement de recul. Un des hommes posa la main sur l'épaule du garde devant Bachi et l'invita à se pousser afin de laisser le chemin au Roronoa. Ce dernier put entrer à l'intérieur du palais. Il monta jusqu'à la salle du conseil et vit tout les gardes à terre. Dans une mesure de précaution, le bretteur activa son haki et s'approcha de Kira, Le Sans Visage. Il posa ses mains dessus et analysa son allié, rien de spécial, à part qu'il avait en lui un chakra qui ressemblait à celui d'Hisashi.

" Un Genjutsu ? Pourquoi les Uchihas nous auraient-ils attaqués ? "

Bachi insuffla son chakra dans son ami, ce qui le fit s'éveiller doucement, le temps qu'il reprenne ses esprits tranquillement, Bachi s'occupa de réveiller Avala. Il sentit alors la main de Kira sur son épaule.

- On a pas comprit ce qu'il s'était passé … je suis tombé d'un coup, j'ai juste vu du noir et du rouge.
- Un Genjutsu des Uchihas, vous avez subit une attaque surprise du Sharingan.
- Pourquoi nous attaquer ?
- Je ne sais pas … Je pense que …

Bachi ne termina pas sa phrase, il tira deux de ses katanas et roula en arrière, il se redressa rapidement et croisa ses lames en regardant en bas, un homme apparut soudainement contre le mur, le cadet des Uchihas. Une fois qu'il fut matérialisé, Bachi (qui depuis le début regardait le torse de son adversaire pour ne pas croiser ses yeux) posa son pied sur celui de son adversaire pour sentir n'importe lequel de ses mouvements.

- Kira, réveille les autres avec ton chakra. Avala, place tes mains dans mon dos et envoie moi du chakra continuellement que je me réveille immédiatement s'il tente une illusion. Je veux voir ses yeux …

Quand la jeune femme fut en place, Bachi regarda le petit frère d'Hisahi et rangea ses deux katanas, en gardant son pied sur celui de son interlocuteur, quand à Kira, il se mit à réveiller les autres. Le Roronoa put un instant plongé son regard dans les fameux dojutsus si dévastateur. Mais ils disparurent aussitôt. L'Uchiha avait compris que cela ne servait à rien de tenter quoi que ce soit, cela serait une folie, même s'il pouvait se sortir de cette situation, tenter quoi que ce soit serait une erreur.

- Pardon d'avoir dégainé mes sabres contre toi, mais je devais être assez persuasif pour que tu te calmes … Je ne t'ai pas blessé ? … Tu te demandes comment je t'ai eu ? Tu as laissé ton chakra, qui ressemble beaucoup trop à celui de ton frère, partout dans la pièce et dans mes amis. Quand à moi j'ai la capacité de sentir les présences autour de moi, visible ou non. Je t'ai senti arrivé, je n'ai regardé que le sol depuis que je suis entré dans le bâtiment. Au cas où. Ensuite pour te localiser, j'ai juste eu à attendre que tu malaxes ton chakra. Et voilà.

Bachi affichait un petit sourire, il retira son pied de celui de sa cible et signala à Avala (trop de "a" dans cette phrase) de le lâcher. Il aida un de ses amis à se relever et dit :

- Suis-nous, on va voir ton frère. Si tu malaxes la moindre goute d'énergie spirituelle ou corporelle, je le sentirais.

Le groupe se mit en route vers la salle de conseil, entre temps, Biakko raconta tout ce qui s'était passé au Démon Verte. La porte restée ouverte permit à Bachi d'entendre la fin du discours d'Hisashi. Ils restèrent donc dans l'embrasure de la porte, à attendre que le conseiller veuille bien finir sa phrase.

- En effet, cela ne sera pas du un contre un j'en ai peur ...

Hisashi tourna son attention vers la porte, il put voir tout les gardes debout et même son propre frère aux cotés des samuraïs. Le Démon Vert profita du silence pour continuer de parler. Yasuo sourit de l'arrivée de ses généraux, et d'un signe de tête, il invita le Démon Vert à continuer.

- Ne vous inquiétez pas, votre frère va bien, il est toujours de votre coté, je l'ai juste maîtrisé pacifiquement pour éviter qu'il n'attaque encore ses propres alliés. Oui parce qu'au dernière nouvelle, il me semble que Tetsu et le village shinobis sont alliés. Comme le prouve ma présence dans ce village depuis presque un an. Et le fait que 40% du village était favorable à ce que je devienne le Kage.

Bachi fit quelques pas en avant, Avala le suivit de près pour toujours avoir une main posée sur son dos, en cas de genjutsu, on ne savait jamais.

- Il me semble que Yasuo-sama, qui est quand même, je tiens à vous le rappeler, le chef du village de Tetsu, est entré ici dans la plus grande légalité, il a été prendre des nouvelles de mademoiselle Yuuji, devant son état de santé difficile, il a décidé de demander au conseil de prendre le pouvoir. Il a ensuite été parler à la population du village, en tenant le même discours que j'ai tenu devant eux et Kenshi, quand il a tenté de faire de même. Un discours auquel tout le monde était favorable. Et par la suite, il est venu ici, attendre les membres du conseil pour parler sérieusement.

Le bretteur eut encore une avancée, suivit de près par Avala. Le Suzuran avait les yeux braqués sur Hisashi et ne ratait aucune de ses réactions, pour s'en délecter.

- Et devant cette tentative pacifique et clairement dans la lignée des actions servant à rendre au village sa splendeur, vous répondez en attaquant les généraux de Tetsu et en menaçant le chef, pour enfin le bannir définitivement. Car oui vous avez beaux dire que c'était en douceur, utiliser votre dojutsu contre une autre personne pour la mettre dans les vapes est une attaque. Et vous vous dîtes membre du conseil ?

Bachi eut un petit rire. Puis il reprit en haussant un peu le ton.

- Vous vous pointez ici avec le culot d'attaquer mes amis et en nous bannissant du village avec uniquement votre frère ! Qui n'est même pas du conseil ! Sans demander leurs avis à personne d'autres ni prendre en compte aucune des actions qui s'est déroulées jusqu'à présent ! Vous faîtes honte à votre poste ! Je suis sûr que vous n'avez même pas pris le temps de faire avertir les autres membres !
- Bachi, du calme.

La voix de Yasuo fut calme et posée, elle stoppa Bachi dans son élan. Ce dernier regarda son chef, en le braquant des yeux. Puis il fit un signe affirmatif de la tête et repris son sérieux, il se redressa et demanda à Avala de le lâcher gentiment. Il chercha le cadet Uchiha des yeux, il s'était appuyé contre un mur, regardant la scène avec intérêt. Un silence s'installa … et le Suzuran n'allait pas tarder à le remplir.

...........................................................................................
Poches de Bachi:
 



Dernière édition par Bachi Roronoa le Ven 27 Déc - 5:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yasuo Suzuran
Kage / Admin

avatar

Kage / Admin

Messages : 2288
Date d'inscription : 23/09/2009
Age : 26
Localisation : Amiens

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
5430/5430  (5430/5430)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4630/4630  (4630/4630)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 400
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Ven 27 Déc - 3:46

Yasuo écouta attentivement son interlocuteur, sans la moindre once de peur dans ses gestes, il était parfaitement clame et sirotait son verre de sake, correctement installé dans le fauteuil du chef du village. Certains des points qu'abordait Hisashi n'était pas dénué d'intérêt même si globalement il en ressortait une méprise totale des intentions de Yasuo qui n'avait en aucun cas l'envie de s'imposer comme un dictateur tyrannique, mais plutôt comme un protecteur rassurant.
Toutefois, il se permit d'interrompre le Uchiha pour le corriger sur un point qu'il n'avait pas apprécier, son ancêtre.


- Je me permet de vous coupez dans votre élan car vous insinuer des choses sur le Suzuran premier du nom que je ne peux décemment pas tolérer. Mon ancêtre était un être tourmenté je le conçois et il a emprunté bien des voies pour arriver à ses fins. Il a provoqué la ruine du Yuukan a mainte reprise mais c'est son départ qui à précipiter notre continent dans la décadence la plus totale... S'il avait été là soyez sûr que ces Colons n'auraient même pas pu poser leur navire sur nos belles plages. Il a, après tout, permit de chasser Shao Khan qui représentait tout de même une menace bien plus importante, et avec son énergie colossale, il aurait probablement pu fournir assez d'électricité pour le continent entier s'il l'avait décidé... Je ne puis admettre que vous critiquiez Serizawa Suzuran alors que votre clan possède bien plus de bêtes noires... Sasuke, Itachi, Madara... N'est ce point une action commune dans votre clan de tuer ceux que vous aimez pour devenir plus puissant * sourire en coin * Bref, je vous en prie, continuez.

Il continua passivement d'écouter les propos de son interlocuteur qui le tournait en dérision, qui contournait ses actions pour en faire des instruments de son argumentation, dressant là le portrait d'un individu fort mal intentionné ce qui ne collait pas du tout au Suzuran.
Il fronça légèrement les sourcils avant d'entendre, ou plutôt de ressentir la présence d'un être qu'il connaissait bien, sans être toutefois intime.
La porte s'ouvrit et exposa ses généraux au grand complet, y compris Bachi qui avait un peu perdu son poste en partant sur Shinobi no Kuni, n'ayant plus la tache de diriger mais d'être les yeux et les oreilles de Yasuo dans la capitale.
Il sourit lorsqu'il le vit et l'écouta tout aussi attentivement, scrutant Hisashi à la recherche d'une marque de colère quelle qu'elle soit.


Cependant, les propos de Bachi outre-passait son rang et la colère qui bouillonnait en lui devait être rapidement réprimé. Une parole suffit pour que sa Voix se range à la raison et se calme rapidement.
Yasuo posa son verre, sortit alluma sa pipe et savoura l'instant où toutes les personnes avaient les yeux rivés sur lui, attendant le dénouement de ce sinistre imbroglio...
Il tira une bouffée de fumé et fit un rond en la recrachant avant de commencer.

- Premièrement je remercie Bachi d'être intervenu avec la plus grande bienfaisance, il a toujours été un homme compréhensible et loyal c'est pourquoi je l'ai envoyé ici, son tact et sa sensibilité en faisait un individu apte à mieux vous comprendre et à s'intégrer à vos coutumes. C'est lui qui m'a averti que quelque chose ne tournait pas rond dans le village et des évènements facheux qui se sont déroulés ici... Il fallait donc intervenir.

Il se releva, s'étira légèrement et continua en marchant lentement dans toute la pièce.

- Deuxièmement, en tant que Shogun de Tetsu, si je ne siège pas à cette table en tant normal c'est que Tetsu n'en voyait pas l'intérêt. Le village du fer à ses propres conseillés et jusqu'à lors il n'avait pas eut besoin de s'immiscer dans les affaires de la capitale, car même si la cohabitation et l'alliance se sont correctement déroulés, les relations pouvaient être tendu aussi nous nous sommes retirés de la politique de votre cité. Cependant, il est clair que Shinobi no Kuni ne tourne pas correctement en ce moment, mettant en branle toute l'alliance, y compris notre village. A présent vous comprenez notre intervention.
Ensuite, et étant la deuxième cité la plus prospère de notre Alliance, Tetsu a un poids non négligeable sur les relations politiques, économiques et militaires de notre nation. Bien des conseillers que vous semblez connaître mieux que moi même, se rangeront bien volontier derrière la bannière d'une alliance des plus unis en mettant à la tête de la nation un Samuraï pour la première fois depuis sa création * sourire franc *
Aussi, étant le plus repus aux arts de la guerre, de la politique et du commandement, il était tout naturel pour moi de prendre la place qui me revient de droit, à moins que vous souhaitez, Uchiha-san ,prendre vous même le contrôle des évènements alors que mes informateurs m'ont affirmés ne pas vous avoir vu bougé le moindre petit doigt pour tenter de récupérer votre Kage huh ?


Yasuo continuait de tourner dans la salle alors qu'il énonçait des vérités qui ne semblaient pas frappante pour le Uchiha.

- Ce que vous avez mal du comprendre c'est que ceci n'est pas une monarchie, ce n'est pas un coup d'état puisqu'il n'y a pas d'état à renversé... Vous étiez un village à la dérive, perdu sur un océan de conflit. Le voile puissant du Fer vous a recueillit et voici que vous tentez de couler le navire qui vient de vous repêcher ? * sourire amusé *
N'est ce pas amusant les amis ?! Ahahah


Il ria de bon coeur alors qu'il se rapprochait de son interlocuteur

- Pour finir voici comment les choses vont se passer... Je ne tiens pas à recourir à la violence, cela ferait de moi un envahisseur et un tueur de mon propre sang car vu que vous passez du temps dans la bibliothèque, vous n'êtes pas sans savoir que je suis également un shinobi de part mon sang aussi j'ai plus de possibilité que mes semblables de Tetsu.
La cité sera sous mon contrôle, mon icone est forte pour la population et je jouis d'un prestige qui dépasse sans doute le votre puisque derrière moi se dresse toute un peuple, et très bientôt une nation. Mon aura à inspiré trois générations de samuraï plaçant Tetsu à une position critique dans la militarisation de notre Alliance aussi, une autre agression et bris d'alliance de votre part nous forcera à couper les routes politiques et commerciales entre Shinobi no Kuni et Tetsu no Kuni, laissant votre cité sans chef, sans ressources stratégiques et faible militairement...


Il était maintenant devant le Uchiha, droit comme un seigneur de guerre.

- Ce que vous venez de faire est très dangereux Hisashi Uchiha, le village est peuplé d'espion à la solde des forces colonialistes, c'est normal en tant de guerre. Si vos actes venaient à se faire savoir, le village serait vulnérable contre une attaque ennemi et ce n'est pas ce que nous voulons n'est ce pas ? * sourire cynique *
Maintenant j'attend de vous un serment d’allégeance. Non pas pour vous humiliez loin de moi cette idée saugrenue, mais simplement pour dissiper le mal entendu qui risque de régner entre Samuraï et Shinobi... Vous êtes un homme intelligent, mais vous avez agit sur un coup de tête en pensant au bien être de votre village, certes, mais en visant la mauvaise personne... Bien entendu vous ferez toujours parti du conseil, je ne peux me permettre de perdre des éléments tel que vous, mais je vous demanderais également de vous excuser auprès de mes hommes qui ne faisaient que leur travail...


Puis d'une voix bien plus autoritaire et dure il ajouta :

- Et si par le plus grand des hasards vous retentez quelques choses contre moi ou mes hommes, je vous promet que vous comprendrez pourquoi l'on me nomme le Croc du Vent. Ne pensez pas que vos yeux vous permette de contrôler le monde car vous vous bercerez vous même dans votre propre illusion. Ne vous perdez pas dans cette voie Hisashi Uchiha, ne regardez pas le Miroir où vous serez perdu dans votre songe...

Il se rassit, se resservit un verre de sake et comme tout le monde l'attendait depuis le début il s'écria :

- Je vous en prie, prenez un siège, que la réunion du conseil Commence ! * sourire franc *
Revenir en haut Aller en bas
Kimitsu Dreyar
Juunin

avatar

Juunin

Messages : 436
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 20

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4550/4550  (4550/4550)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4150/4150  (4150/4150)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 710
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Ven 27 Déc - 11:07

Il est vrai que cela faisait un moment que Kimitsu n'avait pas entreprit quelque chose, il était temps. De nombreux événements s'étaient produits dans le village, à commencer par l'arrivée de Kenshi et ce, malgré que Kimitsu ait fait le nécessaire pour l'empêcher de venir, il repartit néanmoins rapidement d'où il venait après l'apparition de Bachi. Après cela, et comme le redoutait Kimitsu, on lui apprit que la Konshio, chef du village avait été attaquée, elle et son groupe et qu'elle était désormais à l'hôpital. Quant aux autres ninjas comme le Hyûga, il n'avait certainement pas pu s'échapper, malheureusement. Une attaque des colons, encore une fois, et contre la chef du village cette fois-ci, ils n'avaient peur de rien. Bref, Kimitsu décida alors d'aller voir Yuuji à l'hôpital pour voir de lui même l'état dans laquelle elle se trouvait, en espérant qu'elle serait rapidement de nouveau sur pied, et que cette fois-ci, ne tenterait pas de partir du village quand le territoire y est dangereux.

" Les colons n'hésitent donc pas à nous attaquer dans notre propre territoire, cela devient embêtant, il faudrait peut-être leur tendre un piège et nous mène engager les hostilités tout en étant certain de n'avoir aucunes victimes de notre côté, mais pour cela il faudrait être en supériorité numérique et je crains que ce ne soit pas le cas... "

Kimitsu fut interrompu dans ses pensées quant-il n'était plus qu'à quelques pas de l'entrée de l'hôpital, il entendit du bruit à quelques mètres d'ici, comme si quelqu'un prononçait un discours. Déviant donc de sa trajectoire, il décida d'aller y jeter un œil. Il ne mit pas plus de cinq minutes et aperçu celui qui était à l'origine de tout ça, un samouraï apriori, qui voulait reprendre les rênes du village, ce qui fit légèrement sourire Kimitsu, mais il ne répondit rien pour le moment, revêtit sa capuche et s'éloigna.

Plus tard dans la soirée, on lui apprit qu'une réunion entre les membres du conseil allait avoir lieu, et que c'était ce Yasuo qui était à l'origine de cela, ce qui était plutôt normal après tout. Il décida donc d'aller voir ce qu'il se tramait, marchant rapidement à travers les ruelles du village, il se trouva finalement devant le temple et monta les plusieurs marches, il aperçu aussi plusieurs gardes qui étaient pour la plus-part endormis, plusieurs hommes tentaient d'ailleurs de les réveiller. A l'intérieur, une discussion avait commencée.

" Bon, bon, quitte à entrer, autant faire une apparition remarquée, ou peut-être pas, au moins je ne dérangerais personne pour prendre place. "

Dévoilant sa pupille, il poussa la porte du bureau et le temps se figea, il observa les trois hommes, il y avait Hisashi Ushiha, utilisateur du Sharingan, Bachi Roronoa, cet épéiste qui avait déjà accomplit plusieurs choses pour le village, et bien évidemment Yasuo. Retirant une chaise, il prit place et stoppa son genjutsu qui n'avait finalement durer que quelques secondes, personne ne l'avait vu entrer et prendre place, et toutes les têtes se tournèrent vers lui. Bref, Kimitsu prit la parole.

- Excusez-moi pour mon retard, je vois que vous avez déjà commencer à échanger de belles paroles. Bien, quant à moi, étant donné que j'ai entendu une partie de votre discours, Yasuo Suzuran, c'est bien ça ? Je n'ai qu'une seule question à vous poser, la place du pouvoir vous importe t-elle autant, jusqu'où iriez-vous si on ne vous laisse pas devenir ce fameux chef ? Ah et pardonnez moi, je ne me suis pas présenter, je suis Kimitsu Dreyar, membre du conseil et utilisateur d'une pupille qui vous paraît surement inconnu...

Ne restait plus qu'à attendre la réaction de Yasuo suivit certainement de plusieurs autres questions, en espérant que ce conseil se finisse bien.
Revenir en haut Aller en bas
Yasuo Suzuran
Kage / Admin

avatar

Kage / Admin

Messages : 2288
Date d'inscription : 23/09/2009
Age : 26
Localisation : Amiens

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
5430/5430  (5430/5430)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4630/4630  (4630/4630)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 400
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Ven 27 Déc - 13:57

- Il me semble que nous ayons un nouvel arrivant * sourire *

Malgré le pouvoir du dernier venu, et surtout parce qu'il en avait marre que tous ridiculisent les personnages des autres en les faisant apparaître comme des genins inexpérimentés, Yasuo avait aisément senti la présence d'un nouvel arrivant, corroborer par un petit signe de tête de Kira qui avait des propriétés de senseurs, qualités rares chez les samuraï.
Aussi, le Shogun tourna sa tête en direction de la chaise où se dirigea Kimitsu avant même que celui-ci réapparaisse aux yeux de tous. Il l'écouta à son tour et lorsqu'il eut fini prit la parole.


- Je vous remercie tout d'abord pour votre déplacement, j'ai cru comprendre que le village était endormi depuis un moment, vous voir ainsi tous prompt à défendre votre nation me satisfait grandement, cependant je crains que vous ayez trop tarder à reprendre vos affaires, le mal est déjà fait. * sourire *

Yasuo disait vrai, ne réagir que lorsqu'on sentait que l'on perdait pieds était déjà trop tard, Hisashi comme Kimitsu n'avait été que très peu actif pour le village, préférant les intrigues de salon à la politique interne durant la convalescence de leur chef et voici le résultat.

- Si vous aviez été aussi véhément pour diriger votre peuple que vous l'êtes pour m'empêcher de le protéger, les choses se seraient sans doute passé différemment, mais je vous prie prenez un rafrachissement, nous attendrons encore quelques peu les derniers retardataires mais je peux dors et déjà répondre à votre question par une autre question * sourire en coin *

Il prit une dernière gorgée de sake et regarda le nouveau venu à la pupille héréditaire.

- Jusqu'où iriez vous pour m'empêcher de prendre le controle de Shinobi no Kuni ? * sourire cynique * Car, pour le moment, le pouvoir est déjà entre mes mains, du moins jusqu'au retour de Konshio Yuuji et de son bilan de santé pour déterminer si elle est toujours apte à commander. J'ai sans doute diriger plus d'hommes que vous par le passé Dreyar-sama, j'ai l'appuie de ma nation et votre peuple n'est pas récalcitrant à ce qu'on le prenne en main. Ces tentatives d'intimidations masquées par une fausse politesse n'y changeront rien.
Toute attaque envers ma personne affaiblira le village, j'espère que vous vous en rendez compte, rejeter ma proposition c'est comme condamner l'alliance dans la guerre à venir... Autrement dit, la situation ne dépend pas de moi, mais bien de vous. Serez vous capable de ravaler votre fierté, de ranger votre égo pour permettre l'essor de Shinobi no Kuni et la victoire sur les forces coloniales ?


Revenir en haut Aller en bas
Konochy
Kage / Modo-Flemo

avatar

Kage / Modo-Flemo

Messages : 2516
Date d'inscription : 08/05/2009
Age : 30
Localisation : Entre une belle paire de OO

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
0/0  (0/0)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
0/0  (0/0)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: .00
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Sam 28 Déc - 12:13

La réunion censée se passer entre personnes censées et civilisées, semblait tourner quelque peu au vinaigre. C'est en tout cas se que remarqua le chef du clan Konshio alors qu'il entra après avoir toqué un coup.
Il était assez vieux, les cheveux déjà grisonnants, le visage marqué par les rides, portant un kimono dans les tons de jaune et rouges, représentant des flammes. Malgré son âge déjà avancé, il n'était encore sénile et tout à fait capable de se battre comme un diable si cela devait s'avérer nécessaire. L'ambiance était visiblement déjà tendue et cela se sentait dans l'air, malgré que les protagonistes aient l'air parfaitement calme.

Mais le vieux Konshio avait appris à ne pas se fier aux expressions du visage, mais plus au positionnement des personnes vis à vis des autres, leur posture en disant . Il se présenta rapidement et sobrement, sans faire de vagues, préférant laisser la conversation poursuivre un peu son cours pour rattraper son retard et pouvoir prendre part aux débats dans les prochaines minutes.


-Bonjour messieurs. Yusao Konshio, représentant du clan du même nom, mais je vous en prie, poursuivez la discussion.-

Et il s'installa tranquillement, attendant de savoir ce qu'il se disait et sur quels point il pourrait apporter sa voix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
2000/2000  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
2000/2000  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 300
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Dim 29 Déc - 16:40

Le Uchiha était en pleine entrevue avec l'envahisseur quand un groupe d'hommes fit son entrée et c'est sans se retourner qu'il pu deviner qui venait d'arriver. Enfin du moins, il savait que parmi eux il y avait son frère. Il portait un parfum assez fort — bien qu'à l'odeur fort sympathique — ce qui embaumait la pièce en moins de cinq secondes. Il lui avait dit, par le passé, de réduire le nombre de pression mais il n'avait jamais écouté alors aujourd'hui, ça lui servait à identifier sa présence. L'odeur, elle, semblait naturelle aux yeux des autres puisque le nom du parfait était « brise de vent matinale ». En sachant que son frère était là, il su que les gardes en bas étaient réveillés et que la personne commençant à parler en était pour quelque chose. Quand celle-ci eut terminé son discours en confirmant, d'ailleurs, la présence de Kagami, il finit par le regarder. Son visage n'était plus vraiment souriant ; il n'aimait pas trop que les têtes-à-têtes se finissent en réunion à vrai dire. Il disparut alors doucement en se dématérialisant sous forme de fumée noire pour réapparaître de la même façon derrière Bachi et, plus précisément, avec son frère à ses côtés.

- Ramener mon frère en ces lieux, devant mes yeux, n'était pas très malin, Roronoa Bachi. S'il est présent avec vous, c'est que vous l'avez menacé d'une quelconque manière que ce soit et il a eut l'intelligence de ne pas user de ses yeux pour vous tuer. Seulement à présent, vous avez réuni une paire plutôt dangereuse dans cette pièce, plutôt insouciant. Enfin bon...

Cette fois, ce fut les deux Uchiha qui disparurent ensembles pour arriver près de Yasuo Suzuran. Pour être, encore un fois, précis Hisashi était assit sur la chaise à droite du samouraï tandis que Kagami était derrière son frère ; n'étant pas membre du conseil il n'avait pas vraiment le droit de prendre place autour de cette table. Et, avant qu'il ne puisse parler à nouveau, ce fut l'envahisseur qui répondit, enchaîné par l'arrivée d'un ami ; Kimitsu. Une fois que ces messieurs eurent parler, le samouraï répondit et un invité fit son entrée : le chef du clan Konshio. Lui non plus n'avait pas vraiment le droit de s'assoir mais bon.

- Kimitsu-san, tu commences à copier mes entrées. Mais content de te voir. Je suppose que si deux conseillers sont là... eh bien, autant faire venir le reste, non ? Je ne pensais pas l'utiliser pour un problème interne.

Il fit apparaître alors les conseillers de quelques signes de main. Il avait apprit le sceau par cœur il y a quelques temps donc il était inutile d'aller le chercher. Tout les conseillers apparurent dans l'instant ; tous habillés bien heureusement.


- Hisashi-sama, heureux de vous revoir. Qu'est-ce qui demande notre présence pour que vous utilisiez le sceau ?

Les conseillers étaient apparut derrière leur chaise respective, du coup le plus vieux — et grand conseiller — eut le plaisir de voir que la sienne était prise. Il lui fit alors signe de se pousser. Si le Suzuran voulait un débat, il en aurait un, mais il n'aurait certainement pas la place d'un vieil homme trop âgé pour rester des heures debout.

- Tomaso-san, venez je vous prie.

Un ANBU fit son apparition à l'appel de son pseudo. Il fit face au grand conseiller.

- Hidemoto-dono, je crains que vous n'ayez à faire à un coup d'état. La personne ici présente et répondant au nom de Yasuo Suzuran a, aujourd'hui, investit la ville avec une centaine d'hommes armées. Ils ont pris le contrôle des portes de façon pacifique devant nos gardes étonnés de voir les forces de Tetsu en ces lieux et en aussi grand nombre. Ils se dirigèrent ensuite vers l'hôpital où se repose Yuuji-sama et finir par arriver ici après un discours dans les rues. Ils prirent alors le contrôle du rez-de-chaussé. Voici le rapport qui fut effectué à Hisashi-sama, et le voici exposé à vos yeux à présent.

Le vieil homme eut un petit instant de surprise puis il tourna son regard vers Hisashi, histoire de lui demander si tout ceci était vrai.

- C'est la vérité, je le crains. L'opération semble dirigée par l'homme que vous avez chassé de votre place, le Shogun de Tetsu, qui prétend vouloir reprendre le pouvoir puisque Yuuji-sama est pour l'heure inconsciente, le tout de façon pacifique mais avec, tout de même, une centaine d'hommes armés et bien entraînés à ses côtés quand un seul aurait suffit pour l'escorter. Et bien qu'hérité du déserteur et détesté Serizawa Suzuran, je fus étonné aussi que le Général des Armées de la région du Fer soit ainsi venu. Nous ne voulions pas vous déranger mais celui-ci exigeait votre présence et puisque deux d'entre nous étaient déjà là, il semblait plus approprié d'appeler tout le monde. Apparemment, il souhaite prendre le contrôle du pays au nom de son village, tout refus conduirait à une séparation des nos deux villages. L'idée d'un pays unis ne semble guère le satisfaire.

Le vieil homme avait maintenant un regard assez sévère et il finit par regarder le responsable direct de sa présence tandis que, d'un signe de main, il faisait signe à ses hommes de partir de la salle, Bachi compris. Une entrevue était privée, nul besoin d'avoir des hommes en plus dans l'assistance quand ils seraient bientôt tous serrés si cela continuait.

- Expliquez-vous jeune homme. Que vos propos soient clairs et sages. Si ces actes sont issus d'une vérité indéniable, je crains que cela ne vous fasse paraître comme un traître de notre pays et votre rang ne vous aidera pas. Je sais que quelques conseillers, ici présent, portent en haute estime votre village et sauraient parfaitement vous pardonner quelques maladresses. Toutefois, ceux-ci sont en nombre insuffisant pour vous sauver, il vous faut convaincre le reste de l'assemblée. Et s'il s'agit, ici, de la situation de l'actuel shinguru kage alors je vous serai reconnaissant de vous inquiétez pour le pays mais vous inviterais à le faire de façon moins extravagante...

C'était donc à l'homme qui désirait tant un débat de parler. Restait à voir s'il arriverait à convaincre des hommes de sa bienveillance quand rien ne semblait véritablement être de son côté.
Revenir en haut Aller en bas
Bachi Roronoa
Juunin / Bretteur/ Moderateur

avatar

Juunin / Bretteur/ Moderateur

Messages : 1426
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 25
Localisation : Paris

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4760/4760  (4760/4760)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4200/4200  (4200/4200)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 114
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Dim 29 Déc - 17:20

Finalement, la salle se remplit peu à peu, Bachi était resté près de la porte avec les autres généraux, le duo des Uchihas fit un déplacement rapide pour se retrouver derrière le Roronoa, qui ne broncha pas d'un cil, et resta stoïque devant la déclaration d'Hisashi, quand il eut terminé sa phrase, le bretteur lâcha :

- Vous ne pouvez décemment pas discuter sans constamment menacer et tenter de prouver que vous avez la plus grosse … Soit, faisons comme ci vos menaces me faisaient peur et que c'est grâce à elles si je n'engage pas le combat, si cela peut vous consoler.

Ce fut ensuite l'arrivée de Kimitsu et des deux conseillers, qui après avoir reçu une version des fait assez simpliste (que Bachi ne releva pas, il laissait cela à son chef.). Un des grands conseillers fit signe aux généraux de quitter la salle, seul le Suzuran pourra dire s'ils étaient partis, mais en tout cas, le Roronoa prit une chaise, la plus proche de se position au niveau de la porte, et il s'installa. Quelques regards se tournèrent vers lui, alors il expliqua son geste.

- Aux dernières nouvelles, je reste l'ambassadeur de Tetsu dans ce village, je représente la parole de Yasuo-sama en son absence. Étant donné qu'il est le sujet de ce conseil qui concerne mon village, et de part mes résultats aux dernières élections, j'estime avoir amplement ma place à cette table …

Bachi s'installa alors plus amplement dans son siège, il retira ses katanas qui le gênait un peu et les posa à ses pieds, et même sous ses pieds. Il regarda ensuite le reste des personnes présentes pour écouter la suite du débat.

...........................................................................................
Poches de Bachi:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yasuo Suzuran
Kage / Admin

avatar

Kage / Admin

Messages : 2288
Date d'inscription : 23/09/2009
Age : 26
Localisation : Amiens

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
5430/5430  (5430/5430)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4630/4630  (4630/4630)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 400
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Lun 30 Déc - 15:22

Yasuo assista à l'arriver du chef de famille de l'ancienne Kage car il l'a considérait déjà comme ceci, il le salua d'un signe de tête et lui montra un fauteuil dans lequel il pourrait s'asseoir. Il dit alors ces quelques mots pour lui et lui seul.

- J'apprécie votre arrivé, il est clair qu'avec la position de l'héritière de votre clan je n'attendais pas moins du clan Konshio que sa présence au sein de cette table, d'autant plus que vous avez la gentillesse, contrairement aux autres clans ici présent, d'être venu en personne et surtout à pieds sans user d'une compétence quelle qu'elle soit * sourire * J'apprécie tout autant.

Puis, encore une fois, le Uchiha prit la parole pour menacer encore les individus présent dans la pièce sur sa puissance cumuler entre lui et son frangin, à croire qu'ils ne cherchaient effectivement qu'a calmer et étouffer l'affaire par la peur et la crainte, chose qu'ils ne pourraient parvenir à faire que ce soit dans ce monde ou le prochain.
Yasuo eut un petit rire étouffé, mais garda un sourire en coin lorsqu'il observa la tête du Roronoa pendant le discours de l'homme aux sharingan.
Enfin, les autres conseillers arrivèrent ensuite, invoqués par Hisashi grâce à une technique de fuinjutsu assez obscure pour le samuraï bien qu'il connaissait le principe. Après tout, découvrir de visu les choses était tout de même plus impressionnant que lire quelques pages sur un manuscrit poussiéreux. En ce point et point seul il était impressionné par le ninja qui au final n'a fait que déclenché un pouvoir précédemment créer, peut être même pas par lui.


Ainsi, une poignée d'anciens apparurent dans la pièce, vêtus sobrement bien entendu, et prirent place dans la pièce. Un vieux, le plus ancien sans doute réclama le siège du Suzuran qui le regarda un moment.

- Il me semblait que le siège en bout de table, le plus important, était destiné au maître de la cité et par extension de l'Alliance. Je conçois tout à fait la notion que vous ne semblez pas saisir concernant mon nouveau statut mais toutefois je trouve bien étrange que le chef du conseil, vous à fortiori, le réclame pour lui même... Arrêtez moi si je me trompe éminent ancien mais, vous n'êtes pas celui qui dirige l'Alliance car le propre de tout Conseil est justement de conseiller celui qui préside et non tirer les ficelles, même celles de l'ombre.

Il marqua une pause et se leva, dépoussiérant son séant comme s'il s'était assit sur un morceau de bois ou un rocher extérieur.

- Cependant, mes tuteurs ont cru bon de m'apprendre la politesse, la courtoisie et la conduite en société, choses de beaucoup d'individu ignore ici en arrivant en utilisant des techniques pour se soustraire aux yeux de tous. Sachez que je trouve cela déplacé tant ce procédé implique une fourberie qui est déplaisante pour les personnes de notre statut... Si vous êtes membre du Conseil messieurs, agissez de la sorte.

Il s'écarta et tira le fauteuil somme toute assez lourd pour un ancien afin de lui permettre de s'installer.

- Je vous en prie éminence, nous pourrons alors commencez.

Puis il regarda l'assemblée et dit à tous

- A moins qu'un autre invité veuille se joindre à nous en défonçant un mur, en apparaissant dans un cercle de lumière ou autre démonstration infructueuse de sa grande puissance ?

Il attendit une dizaine de seconde dans un silence total, sa voix autoritaire et menaçante sur le coup intimant le calme absolu... Aucune réponse, il reprit calmement.

- Conseillers, je vous laisse la parole.

Puis, il resta debout, tournant autour de l'assemblée qui était pour le coup trop grande. Il n'y avait pas assez de place aussi il écouta le récit simplifié des choses en marchand simplement, tirant des bouffées de ce tabac étrange qui distillait dans la pièce cet arôme délicat et enchanteur qui relaxait les nerfs et installait un climat de sérénité.
Aussi, lorsqu'Hisashi insulta encore une fois son ancêtre, il le laissa terminé mais réagit directement.


- Je pensais que ce point était clair, mais apparemment pas suffisamment. Mon nom a toujours été une source de fierté et d'honneur, même malgré le passé houleux de mon éminent ancêtre Serizawa Suzuran. Ne croyez pas Hisashi Uchiha que votre famille à un passé plus glorieux que le miens, loin de là, et si vous n'aviez pas cette aberrance génétique qui vous dote de vos yeux, vous ne serez sans doute rien de plus qu'une famille lambda noyé dans un océan de famille anonyme. N'oubliez jamais que notre nom a été construit sur la renommée, et j'en suis à mon statut aujourd'hui grâce aux efforts de chacun des membres de mon clan, fardeau et travail qu'un enfant bien né d'une bonne famille ne peut pas comprendre... Réitérez encore un blasphème sur mon nom Hisashi Uchiha et je le prendrais comme insulte, engendrant alors toutes les répercutions que cela pourra avoir. Vous aimez proférer des menaces, alors considérez ceci comme en étant une. Qu'importe votre rang ou votre importance, rien ne vous autorise à juger comme vous le faites. A présent je ne désire plus vous entendre, si vous avez fini votre rapport, veuillez sortir comme tous les autres, le Conseil n'a pas besoin d'un individu subjectif pour tabler sur le sort de toute une Nation...
Visiblement vous ne savez faire la part des choses ou voir plus loin que vos livres ou votre nombrils, vos insinuations et votre étroitesse d'esprit ne seront que des freins au bon fonctionnement de cette entreprise.


C'est avec ces quelques mots qu'il cloua le Uchiha à sa place, c'est à dire celle de conseiller suppléant puisqu'il n'avait visiblement pas le quart de l'importance de l'ancien assit en bout de table. Quand ce dernier fit un signe de main pour que les hommes du Suzuran parte, ils attendirent l'ordre de leur chef qui d'un signe de tête, leur indiqua de quitter les lieux. Bien entendu le cadet Uchiha fit de même, n'étant pas un membre du conseil également.
Bachi, lui, fort de son caractère s'exprima pour rester assit, soutenu par Yasuo qui regarda l'ancien et lui dit :


- Il est vrai qu'il était l'émissaire de Tetsu, ainsi que ma Voix et ma Volonté en ses lieux avant mon arrivée. Cette dernière n'étant pas encore statué, il est en droit de jouir des privilèges de son rang jusqu'à ce que cette affaire soit éclaircit. De plus, il pourra abonder dans mon sens quant aux faits que je m'apprête à énoncer.

Enfin l'ancien termina sur des propos sages, comme il l'attendait de la part d'un vénérable. Aussi Yasuo prit le temps de réfléchir, pas plus de quelques secondes toutefois, pour veiller à ce que ses tournures de phrases soient des plus claires puisque visiblement, les gens de ce pays avaient du mal à comprendre ce qu'il disait, sans doute un défaut de vocabulaire pensa t-il.

- Éminents conseillers, représentants du peuple et responsables de son futur. Je me permet de m'introduire auprès de vous par des propos sans doute plus élogieux que le triste portrait que le chef de clan Uchiha à bien voulu dépeindre de moi en quelques mouvement d'un pinceau qu'il ne maitrise pas encore habilement... Qui pourrait lui en vouloir ? * sourire *
Je me nomme Yasuo Suzuran, fils d'Hideo Suzuran, petit fils de Tento Suzuran, arrière petit fils de Misashi Suzuran, dit l'éclair sombre, lui même enfant de Serizawa Suzuran, Elu de la Louve et Conquérant des Enfers. Mon statut est Shogun de Tetsu no Kuni, je m'occupe de sa défense, de l'entrainement des troupes et de tout ce qui touche de près ou de loin à la vie militaire. Vous n'êtes sans doute pas sans savoir que nous protégeons également les frontières de l'Alliance puisque notre village se trouve plus près de la capitale d'Oni no Kuni. Bien entendu certains de vos ninjas viennent nous prêter mains fortes c'est sans doute comme cela que mon nom s'est fait connaître tout d'abord dans votre cité.
Ma nomination à ce poste fut l'unanimité du Conseil de Tetsu dont je reconnais certaines têtes ici présentes aussi ces conseillers pourront témoigner de ma loyauté, de mon sens du devoir ainsi que de mon aptitude naturel de leader. Je fus élevé dans cette optique et cette éducation à toujours été fait dans le but que l'Alliance puisse un jour mettre fin à cette guerre qui dure depuis bien trop longtemps...


Il tira une bouffée de son tabac, cracha un cercle de fumée dans les airs et reprit un peu son souffle. Rien ne pressait après tout.

- Concernant à présent ma présence en ces lieux, les conseillers membres du Conseil de Tetsu étaient bien entendu au courant de ce déplacement, ceci ayant été voté encore une fois par l'unanimité aussi je ne vois pourquoi nous aurions dû nous annoncer. Sans doute vois-je là un problème de communication, compréhensible toutefois, entre les membres de différents conseils. Aussi, et dans un autre registre, la disparition de la Kage Yuuji Konshio, suite à une capture des Colons rendaient le village-père beaucoup trop instable et non sécurite quant à l'envoi d'une missive de cette importance car ceci, je dois l'avouer, fut la faute d'un retard de message de mon émissaire ici présent Bachi Roronoa qui a, pendant l'une de ses missions, rencontré une difficulté l'ayant retardé dans l'envoi de ses nouvelles.
Craignant alors pour sa santé et l'intégrité de la capitale, j'ai donc préféré me munir d'une armée compacte me permettant de traverser le continent rapidement mais capable également d'affronter une éventuelle force armée.
De plus, le retour de Yuuji Konshio n'avait pas encore été prononcé à mon départ, rendant la probabilité d'une attaque de masse encore plus plausible. Je vous rappelle humblement que les samuraï ne disposent pas de communication extra-sensoriel que les ninjas peuvent avoir grâce à leur capacité hors du commun.
Aussi, je vous demande : la force armée que vous critiquez aujourd'hui n'aurait-elle pas été la bienvenue si effectivement vous aviez été attaqué ? Aussi je vous demande, si une attaque arrive dans les semaines qui suivent, ne seriez vous pas content et soulagé de voir mes hommes protéger la cité au péril de leur vie ? Loin de leur foyer ? Je pense que la question est rhétorique aussi je demanderais au Conseil de passer outre ce sujet puisqu'il n'a pas lieu d'être.
Concernant maintenant mon accession au poste de chef du village Shinobi no Kuni, il s'agit là d'un simple calcule de ma part. Bachi Roronoa, ma Voix et ma Volonté dans le village s'était porté, sous ma bienveillance, candidat au poste de Kage alors que Yuuji Konshio n'était pas encore déclaré vainqueur. Au scrutin, mon général a eut près de 40% des voix, faisant de lui un concurrent direct de Yuuji Konshio qui a également eut près de 40% des voix. Après un décompte précis, Bachi Roronoa ne perd que de quelques voix montrant ainsi que le village fait fit des anciennes rancoeurs et serait prêt à laisser le village aux mains d'un samuraï. Aussi pourquoi, alors que la kunoichi Yuuji Konshi a échoué, n'y voyez aucune insulte Konshio-sama, le village serait-il maintenant moins enclin à suivre un samuraï disposant de plus d'autorité et de pouvoir que Bachi Roronoa qui pourra faire une déclaration publique concernant son allégeance à ma personne ?
La réponse est non, car le village a peur, peur des Colons, peur pour sa sécurité car une défaite est une défaite accablante comme notre chef de village, cette même personne qui était censé nous protéger, faillit et tombe entre les mains de l'ennemi. Imaginez maintenant ce que le peuple peut penser de son gouvernement si ce dernier ne peut même pas se protéger lui même des assauts adverses ?
Oui, le peuple vous à pensé faible, inapte à les gouverner et ils n'ont pas tord dans un sens. Sans un chef puissant, vous ne pouvez gouverner toute une Alliance, une somme de populations différentes cherchant des intérêts différents. Aussi j'ai évité au gouvernement de cette cité une élection couteuse mettant en branle la confiance d'un peuple, et rendant une alliance plus faible à une attaque imminente... Car oui, plusieurs candidats impliquent plusieurs clans et ainsi moins de communication si une guerre venait à commencer devant les portes même d'une ville que vous voulez condamner en me bannissant de ses murs...


Il fit une nouvelle pause puis décrocha son nodaïchi et posa sa pointe sur le sol. Sa lame était aussi grande que le samuraï lui même pourtant il ne semblait pas troublé par son poids.

- J'ai certes opéré sans diplomatie car le peuple n'a pas besoin de longues phrases et de beaux discours. Il a besoin d'une icone en ces temps de misère, d'une figure paternelle sur laquelle il puisse compter, d'un individu fort pouvant les porter et d'un bras puissant pouvant les défendre. Il ne veut plus de réformes, de lois et d'actes commerciaux, il réclame la vengeance contre un ennemi toujours plus présent et qui pèse sur leur conscience.
Mes méthodes ne sont pas traditionnelles, non, mais elles sont efficaces et sûres. Laissez moi le contrôle des évènements, utilisez moi comme image d'autorité et de sécurité et alors je vous garanti non pas un arrangement des choses mais bel et bien une victoire sur le camp colonial que je saccagerais de mes propres mains...


Il tapa son sabre sur le sol en disant ses mots, appuyant chaque idée d'une décharge d'énergie prouvant sa détermination.

- Vous resterez tous membre du Conseil, tous ici je vous écouterais comme je vous ai écouté aujourd'hui et vous écouterais encore dans le futur car chacun ici présent est une facette du grand peuple de l'Alliance. Toutefois vous êtes inapte à gouverné en cette époque de guerre car vos actes ombrageux, même utile, ne se font qu'au nez et à la barbe de la population qui a besoin, aujourd'hui plus que jamais, de présence.
Maintenant, conseillers, j'écoute vos commentaires et vos décisions. La balle est dans votre camp.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
2000/2000  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
2000/2000  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 300
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Mar 31 Déc - 1:57

Après un discours interminable, Yasuo Suzuran avait redonné la parole aux conseillers. Pendant un instant ils lui demandèrent de sortir tandis que le grand conseiller restait muet, sans émotion apparente sur le visage. Les conseillers voulaient débattre et, à ce titre, le frère de Nurarihyon et le Roronoa devaient eux aussi sortir. Bien qu'il fut un émissaire d'une région assez lointaine, Bachi ne siégeait pas au conseil ; émissaire et conseiller étaient deux postes distincts il ne fallait pas se méprendre. Par ailleurs, sa présence avait fait quelques colères dans l'assistance car de vieux hommes n'aimaient pas qu'on leur tienne tête. Enfin, Hidemoto n'avait pas vraiment relevé, il passait au-dessus de ces querelles d'enfants, comme il aimait les appeler. Il fallut alors dix bonnes minutes pour que les bavardages cessent — durant lesquels l'homme en bout de table n'avait pas adressé un mot pour mieux garder sa réflexion en mémoire — et on fit rentrer tout le monde pour que l'on puisse discuter moins librement. Là, les conseillers commencèrent à discuter ; en fait la première partie n'avait servit qu'à autoriser certains propos car quelques éléments relevaient d'une haute confidentialité mais bon, ils pouvaient s'en sortir sans cela pour un petit débat. Le premier à parler fut un conseiller d'une quarantaine d'années, un épéiste né à Tetsu no Kuni.


- Messieurs, comme beaucoup d'entre vous le savent je suis Ubato, Ubato Kimimoto, membre du haut conseil de ce pays. Né à Tetsu no Kuni, je suis un Samouraï maîtrisant le chakra et pouvant, à ce titre, user de certaines techniques que la plupart on vu ici. Mais trève de présentation. Sachez qu'à ce jour, je me dois d'apporter mon soutien à Yasuo Suzuran. Bien que celui-ci n'ait clairement pas appris la diplomatie, nous pourrions mettre cela sur la maladresse dû à son âge ou, encore, aux événements quelques peu perturbants ayant eut lieu il y a peu. À ce propos, sachez Yasuo-san que le conseil avait statué, voté et agit pour le bien du pays. Si Yuuji-sama ne se réveillait pas, de nouvelles élections auraient eut lieu et, entre temps, Hidemoto-dono aurait repris l'intérim. Sa sagesse nous ayant toujours guidé. Pour ceci, je ne puis soutenir vos actes concernant l'armée de mon village ni, et permettez moi d’insister, vos insultes à l'égard de ce haut conseil insinuant son incompétence à diriger. Outre cela, j'ai connu votre père et je vous ai vu grandir. Je connais les valeurs que vous portez et, en cela, je n'ai nul doute sur vos intentions...

Cette dernière phrase avait relevé l'attention de Hidemoto mais, à nouveau, il ne disait rien en préférant observer. En fait, il considérait que pour gouverner, conseiller et tout ce qui incombait à de tels rôles, il valait mieux rester en retrait. Un homme sage savait qu'un berger possédait deux atouts. Tout d'abord, il possédait des chiens pour guider les moutons. Ensuite, il se mettait en retrait pour remettre les quelques égarés dans le droit chemin. C'était sa vision des choses. Il laissait les uns guider les autres puis, à la fin, il guidait les égarés. Toutefois, peu d'hommes comprenaient que quoi qu'il arrive, ce fut le berger qui dirigeait le tout. Chiens et moutons. C'était une image assez peu flatteuse mais qui correspondait à la réalité. Ainsi, il les laissait parler.


- Puisque nous sommes aux présentations... Je me nomme Hyushira, Hyushira Koi et si l'on s'en tient à mes gênes, je suis d'une famille importante de l'ancienne Iwa, village caché du pays de la terre en des temps bien lointain. Si l'on s'en tient à ce jour, je suis un membre du haut conseil comme la plupart ici, d'où notre invocation. Hisashi-sama, permettez-moi de vous dire à ce propos que vous maîtrisez parfaitement la technique, je n'ai rien perdu durant le trajet. Merci à vous. Pour ce qui est du reste, eh bien... voilà une situation bien complexe et ennuyeuse. Je relèverai cependant deux points. Le premier concerne vos insultes envers Uchiha Hisashi. Sachez qu'il n'en a peut-être pas l'air, mais il est l'un des conseillers les plus respectés et respectables de ceux qui vous entourent à l'heure actuelle. Nul ne saurait nier qu'il est l'un des favoris de Hidemoto-sama. Ses manières, aujourd'hui, ne furent pas des plus agréables mais au vu des propos tenus par le membre de l'ANBU, je crains que tous ici auraient agis de même. Et puis, si vous êtes encore en vie croyez-le bien, c'est qu'il le veut bien.

Les conseillers eurent à cet instant tous le même réflexe : acquiescer d'un signe de tête. Même le vieil homme qui semblait en fait perdu dans ses rêves à l'heure actuelle. Un mouvement de regain d'énergie peut-être. En tout cas, cela concernait aussi bien la partie sur la réaction du Uchiha que sur la vie du Suzuran.

- Je n'ai toujours pas comprit l'essentiel de son pouvoir et, à vrai dire, je doute le comprendre un jour. Il est l'un des meilleurs ninjas que j'ai rencontré et pourrais aisément se débarrasser de moi. Faible ? Je ne le suis pas. Toutefois le plus grand courage n'est pas de foncer tête baisée ni de continuer en voyant la puissance de l'adversaire mais bien de s'arrêter. La peur est en fait le meilleur moyen d'évaluer sa force et celui qui dit ne pas la connaître finira mort. Apprenez à rester modeste, je vous prie. En tout cas, pour le second point je peux vous dire une chose. Si la contradiction tuait, vous seriez mort. Vous avez rappelé à Hisashi-sama que son hérédité n'était que le fruit du sang. Et bien que vos propos sur son clan sonnent faux, je dirais que nous parler de vos ancêtres et, notamment, de Serizawa Suzuran fait de vous un être tenant grandement à ses hérédités, lui aussi. Amusant, n'est-ce pas ? Finalement, vous ne comptez aussi que sur votre sang. N'est-ce pas celui-ci qui vous permet d'avoir de malaxer votre chakra ? Oh ... oui, j'ai oublié de préciser que j'étais un ninja sensoriel. Enfin bref. Pour ce débat je ne serai ni contre vous, ni pour vous. Je ne porte guère Hisashi-sama dans mon cœur mais j'estime que la décision n'appartient qu'à un seul homme : Hidemoto-dono. Dont le siège au bout de la table est bien le sien, je vous rassure...

Un avis neutre. Tant de mots pour si peu ? Enfin, ses propos furent entendus. C'était déjà cela dirions-nous. Cette fois, un autre s'exprima.


- Advabamashi'koromotaku. Tel est mon nom. Sa complexité vient sans doute du fait que je suis un fils de Oni no kuni. Ne voyez pourtant pas en moi un ennemi. Malgré mes soixante ans, je n'en parais que vingt. Mon pouvoir s'exprime à travers la nature. Appelez moi Taku, cela suffira. J'apprécie l'intervention de chacun de ceux s'étant exprimé mais je n'apprécie guère votre attitude. Lâchez dont cette épée, Yasuo-kun, vous allez abimer le sol...

L'être était un peu dur à cerner, un peu allumer sans doute. Lui aussi fumait quelque chose mais clairement ce n'était pas de la même famille. Enfin bon, il continuait sur sa lancée.

- Les colons... vous dites arrêter cette guerre en étant élu, je dis que vous mentez. Vous mentez et vous osez le faire devant des hommes assez âgés pour avoir connu bien des leaders, l'un d'eux en ayant même été un à ses heures perdues. Vous prétendez ainsi faire mieux que ceux qui, selon vos dires, vous conseilleraient. À quoi bon avoir des conseillers si vous êtes si bon ? ... À ce propos, tic, tac. Votre temps est compté ne l'oubliez pas, si notre pays n'a pas réussi en deux cents ans, vous n'y arriverez pas en quarante. Si ce n'est pas moins, vu l'espérance de vie humaine à l'heure actuelle...

Une demoiselle eut alors un beau sourire se dessinant sur son visage mais elle ne dit rien.

- Je dois dire que votre personne m'intéresse toutefois. Je ne serai pas prêt à vous laisser ma vie entre vos mains en vous laissant diriger le clan, mais je serai prêts à vous voir diriger la région de fer. Ce serait... intéressant. Mais bon, nous verrons cela plus tard. Sachez en tout cas ceci, et après cela je m'arrête. Le conseil fut, est, et sera toujours là. Que vous soyez élu ou non. Le leader n'a ni le droit, ni le pouvoir de nous renvoyer. En fait, ce serait plutôt l'inverse. À quoi bon venir vers nous si nous n'avions pas un tel pouvoir d'ailleurs...

Il semblait avoir fini. Un conseiller eut l'idée de prendre la parole mais il fut coupé par une dernière intervention.

- Oh et, disons que je suis contre l'idée de vous voir nous diriger du coup... Comme je l'ai dit, je ne suis pas prêt à vous confier ma vie alors qu'elle durera plus longtemps que la vôtre, quoi qu'il arrive.

Ce qu'il ne disait pas c'est qu'il avait en fait plusieurs vies. C'était une sorte de phénix, un démon quoi. Mais bon, ça peu de personnes le savaient. Mais soit. Les conseillers continuaient de parler chacun leur tour. Pour, contre, neutre, sans opinion, j'aurai préféré dormir ce soir, pas mal de choses furent dites et toutes furent écoutées, traitées, analysées et prises en compte par un seul homme : Hidemoto. Il ne s'exprimait pas encore car il lui manquait deux avis : celui de Kimitsu Dreyar et celui du chef de la famille Konshio. Pour Uchiha Hisashi, il avait déjà compris son avis depuis son invocation juste en regardant ses yeux. Du coup, il attendait simplement ces deux-là et, à ce moment, il s'exprimerait.
Revenir en haut Aller en bas
Bachi Roronoa
Juunin / Bretteur/ Moderateur

avatar

Juunin / Bretteur/ Moderateur

Messages : 1426
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 25
Localisation : Paris

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4760/4760  (4760/4760)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4200/4200  (4200/4200)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 114
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Mar 31 Déc - 3:30


Bachi était toujours assis à sa place où visiblement aucun conseiller n'était venu lui réclamer. C'était un final une chance, il ajuste ses lunettes et regarda tour à tout les membres du conseil s'exprimer. Visiblement, Hisashi l'avait suffisamment fait et il ne désirait pas en dire plus. Le bretteur capta un regard entre le chef des anciens et le chef du clan aux pupilles qui indiquaient qu'il se comprenait. Le premier à prendre la parole fut un certain Ubato Kimimoto.

" Tiens, c'est étrange, en voilà un qui me pique mon poste tiens, c'est moi l'ambassadeur de Tetsu au village de l'Alliance et qui devrait siéger là … je n'en avais jamais entendu parler … peut-être que Yasuo-sama m'a remplacé sans me le dire … Il y a quand même de plus en plus de ninja de Tetsu qui maîtrise le chakra c'est fou ! … Merci au Takano et aux Suzurans … De quoi est-ce qu'il parle ? … Il insulte son propre chef devant lui ? Son village ? Mais il se prends pour qui ? Le jour où j'oserais parler comme ça, je me ferais seppuku direct … Cul-cul la praline, va ! "

N'ayant l'occasion de ne rien dire, Bachi pensait beaucoup, cela trottinait dans sa tête, il essaya de capter le regard du Suzuran, mais rien à faire. Tandis qu'à un autre endroit de la table, quelqu'un d'autre se mit à parler.

" Un descendant d'Iwa … c'est qui Iwa ? … Ah oui, le village des cailloux … qu'est ce qu'ils ont ces shinobis à passé leurs temps à ressasser le passé … C'est pour ça qu'on fait que perdre … Faut aller de l'avant les gars ! … On a compris que t'étais du conseil, pourquoi tu le rappelles … Mais il est vraiment demeuré, Yasuo-sama n'a insulté personne … Quel lèche botte, personne ne respecte les Uchihas, ils nous exècre tous, ils sont arrogants et prétentieux … Un des favoris ? Il ne s'est même pas présenté aux élections … et ses réactions en période de crise sont vraiment minables … Et il n'a aucune des vertus du Bushidô … "Tout le monde aurait agi de même" … Mais sérieusement, personne n'aurait attaqué … DING DING DING, arrêtez tout, nous avons le Roi des Glands ! … Ahahah, "encore en vie grâce à lui" … et après ça vient te parler de modestie … Quelle bande de tocards … C'est quoi ce charabia qu'il raconte sur la peur ? … Encore des phrases de perdants ça. Accepter la peur est peut-être un moyen de connaître sa force, mais le courage de défier ses peurs est ce qui fait accroitre la force … Tiens en plus d'être demeuré, il est sourd … En parlant du sang Suzuran-dono faisait allusion au fait que si Hisashi était à son poste, c'était grâce à ces yeux et son héritage, au contraire de Yasuo-sama, qui de part son nom, à du trouver sa place par le biais d'effort et de sacrifice … Mais on s'en tamponne le sushi que tu sois un ninja sensoriel ! Mais qu'est ce qu'ils ont tous à vouloir montrer qui a la plus grosse avec leurs paroles à tous se menacer implicitement les uns les autres ? … Et bah, si c'était pour dire que tu es neutre tu aurais pu la fermer … Officiellement tu seras Gros Demeuré !. "

Et donc, après Cul-cul et Demeuré, ce fut au tour d'un troisième membre du conseil de parler, on savait pas trop ce que c'était, un homme, une femme, c'était pas très clair, et il avait une allure assez étrange alors :

" Toi, ton surnom sera la Tapette ! … Mais on s'en fout de vos pedigrees ! … D'ailleurs, pourquoi il y a un démon comme conseiller ? … Je ne comprends vraiment rien … Je sens que toute cette situation m'énerve … Quelqu'un comprends ce qu'il dit lui ? Il parle tout seul, je sais pas trop ce qu'il fume … Diriger quel clan ? Pourquoi il parle de Tetsu, il en est déjà le chef … Il sait vraiment ce que c'est qu'un Shogun ? … Bon, bah pour résumer, on peut dire que la tapette a pisser dans un violon ! Super la réunion … ça fallait le coup ... "

Malgré toutes ces pensées qui circulait dans sa tête, le Roronoa restait stoïque en apparence, regardant tour à tour ceux qui avaient eu la parole. Les têtes se tournèrent vers Dreyar et Konshio pour savoir qui parlerait le premier.

" J'ai bien fait de jamais venir aux réunions, c'est d'un chiant, ils se contredisent tous, et apparemment ça ne les dérange pas, ils passent leurs temps à dire à quels points ils sont géniaux … Entre le Vioc, le Culcul, la Tapette, le Demeuré et le Réac, je sais plus où donné de l'oeil … Vivement que ça termine que je retourne chercher la lame des clans … ça au moins c'est une action qui réunira tout le monde ! "

L'épéiste passa la main dans ses cheveux et changea de position sur son siège, lui qui était accoudé sur le bord de la table, s'enfonça dans son siège pour reposer un peu son dos.

...........................................................................................
Poches de Bachi:
 

Revenir en haut Aller en bas
Rikudô

avatar

Dieu / Staff~ToN / Maitre des pnjs

Messages : 4717
Date d'inscription : 08/05/2009

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
99999/99999  (99999/99999)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
99999/99999  (99999/99999)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: Tout dans mon sceptre petit sacripant !!
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Mar 31 Déc - 15:31



Il y'avait la, un dilemme, un probleme conséquent, qui ne trouvait pas de solution, malgré les diverses portes qui s'offraient ici. Dans notre cas présent, un autre membre arriva dans la salle de réunion, qui avait déja bien commencé. C'etait un vieil homme, un moine, mais il n'était pas inconnu ici et pour tous. Il était l'un des ancien piliers du village Shinobi. Il était appelé, Saki no Shikai, un moine qui en méditant, avait une vision du futur. Mais il était aussi l'un des trois membres importants a avoir fondé le conseil du village, siégeant a la plus grande place, désormais prise... Car il le quitta pour partir dans une méditation. Mais il était de retour, entrant en silence, il regarda un a un les visages en présence. Il y'avait la, bien sur, ses vieux amis du conseil et du haut conseil. Un jeune homme du nom de Kimitsu. Hisashi Uchiwa également, et le chef du clan Konshio. Il connaissait ces jeunes, mais eux un peu moins, certainement de nom. Quoiqu'il en soit, les membres important était aussi le dénommé Yasua Suzuran. Il voulait devenir leader du village, celui ci pour le moment dirigé par le haut conseil. Le moine commença par saluer tout le monde, humblement, d'un geste de la tête et puis pris place aux cotés du leader du clan Konshio, pour lui annoncer une bien triste nouvelle.

Messieurs, membres du conseil, Konshio sama...  Yuuji Konshio, n'a pas survécu. Elle a lutté, et les medecins ont fais tout ce qu'ils pouvaient. Mais les bras de la fatalité l'ont prise. J'ai prévenu son pere. Mais je ne suis pas la que pour annoncer cela.

Il quitta les cotés du chef du clan, pour s'avancer vers Hisashi. Il était au courant de ce qui se passait, des tensions, du fait que Yasuo voulait devenir leader. Il avait vu les samurais investir le village. Mais il avait aussi un testament de la main de Yuuji, écrite quelques minutes avant son dernier soupir, sa signature, son sceau, bref, c'était réglo. Il le lu.

J'ai ici, les derniers mots de votre Kage. Elle a laissé les pleins pouvoirs a Yasuo, et m'a confié avoir toute confiance en lui pour son investiture. Je ne vous rappellerais pas qu'elle était bretteuse et confiante dans les alliances du village. Et je ne vous cacherais pas, que notre situation ne nous permet pas le temps de nous reposer et délibérer pendant des heures entieres. Je prend aussi ici, devant vous, chers membres du conseil, la responsabilité de tout cela. Et j'assumerais tout.

Il posa le testament, pour qu'il tourne et soit lu de main en main, étudié pourquoi pas, et enfin arrive aux mains de Yasuo. Le moine et ancien leader du conseil était respecté et sa parole serait entendue naturellement. Le testament était une parole aussi a respecté, les derniers mots et écrits, les derniers vœux d'une mourante. Et une responsabilité engagée. La parole était tranchée, Yasuo deviendrait le nouveau leader du village Shinobi.

Je ne puis rester plus longtemps avec vous. J'espere du moins que ce probleme est désormais reglé. Nous devons aller de l'avant mes enfants, mes amis, les citoyens s'inquietent, dois je vous rappeler que nous sommes une nation beaucoup plus militaires que citoyenne ? Ils sont partis, coté colon.


Le moine ne parti cependant pas tout de suite, bien qu'il doivent retourner a sa méditation, et tous savaient combien briser une meditation était un signe important, il était passible d'écouter les derniers avis.
_____________________

* La parole de l'ancien conseillé suprême prévaut sur le reste du conseil (because it's my pnj) petit rappel : seul les pnjs d'un kage comptent vraiment, et je parle au nom de kono qui stop le rp.

* Yasuo est nommé nouveau leader sous la responsabilité (et encadrement du moine)


* La reunion est close / Pour diverses raison et aussi faire avancer le rp, dans un moment critique. Merci a vous et bon rp.



* Si soucis me mp

...........................................................................................

Maitre des Pnj's, Dieu de ToN.
" Des guerriers...J'en ai vu, j'en vois et j'en verrais... "
V1 V2   V3   V4   V5
  Les effets non mis en stat (donc oubliés) par un joueur, ne seront pas comptés
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tales-of-naruto.com
Yasuo Suzuran
Kage / Admin

avatar

Kage / Admin

Messages : 2288
Date d'inscription : 23/09/2009
Age : 26
Localisation : Amiens

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
5430/5430  (5430/5430)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4630/4630  (4630/4630)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 400
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Jeu 2 Jan - 17:06

Un ancien arriva dans la salle du Conseil. Yasuo ne le reconnut pas mais vu le visage des anciens, il savait qu'il avait affaire à un ponte du village, un Conseiller reconnu et respecté. Ce dernier était porteur de bien mauvaise nouvelle.
L'assemblée accusa la nouvelle dans un silence respectueux, pour l'ancienne Kage mais également pour le membre de son clan ici présent...
Puis, l'annonce fut faite, Yasuo devint le nouveau responsable de l'alliance, avec toutes les responsabilités qui en découlait.

Il salua humblement le vénérable et se tourna vers le chef du clan Konshio.


- Veuillez recevoir toutes mes condoléances et mes respects. Je me tiens à votre disposition dans ce moment douloureux. Cependant la vie continue et le village est également convalescent. Il est de notre devoir de remédier à tout ceci.
Vénérable Conseiller, je vous remercie de votre intervention, quant à vous autre, je vous demande si vous pouvez suivre mes directives et me voir comme étant votre leader. Si nous maintenons des tensions au sein du cercle de commandement, cela sera difficile pour nous de relever la tête aussi, si vous avez quelques choses de franc et direct à m'énoncer avant ma prise de poste je vous écoute mais dès lors que cette réunion s'achevera, j'attendrais de tous ici présent une loyauté sans faille et une motivation au beau fixe pour remonter la pente.


Le samuraï balaya la salle du regard et bien évidemment s'attarda sur Hisashi, avec lequel il savait avoir le plus de grief.

- Le pouvez vous Uchiha-sama ?
Revenir en haut Aller en bas
Kimitsu Dreyar
Juunin

avatar

Juunin

Messages : 436
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 20

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4550/4550  (4550/4550)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4150/4150  (4150/4150)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 710
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Ven 3 Jan - 11:02

Après que Kimitsu eut fait son entrée digne d'un magicien expérimentée tout en ayant posé ses quelques questions dont il eut réponse assez rapidement, la réunion se poursuivit. Les avis s'échangèrent et la tension se faisait de plus en plus sentir entre certaines personnes présentes ici. Kimitsu, lui, n'avait pour l'instant pas répondu aux questions qu'on lui avait demandé et attendait le bon moment pour le faire, pour l'instant, il se contentait d'écouter et de remarquer l'apparition de plusieurs autres membres du conseil qui venait se joindre aux hostilités. C'est finalement après plusieurs minutes de débat, qu'une personne plutôt âgé entra dans la pièce pour annoncer une bien triste nouvelle apriori. D'après ce qu'il disait, Yuuki Konshio n'avait malheureusement pas survécu et qu'elle avait laissé les pleins pouvoirs à Yasuo avant de rendre son dernier souffle. Il n'y avait donc plus grand chose à débattre ce Yasuo prendrait donc la place de Kage. Kimitsu prit donc la parole après la réaction immédiate du nouveau kage. Tout d'abord, il répondit à Hisachi sur la manière de son entrée, et ce, à voix basse, afin que seul lui l'entende, après tout, ce n'était pas le sujet principal.

- Tes entrées sont toujours plus spectaculaires que les miennes, il me faudrait un peu plus d'imaginations à l'avenir, mais je crains qu'ils n'y aient vu une sorte d'intimidation de ma part, ça n'était pourtant pas mon intention.

Regardant alors Yasuo, il continua, et cette fois avec une voix forte pour que tout le monde l'entende bien.


- Vous avez certainement dirigé plus d'hommes que moi, je l'admets. Cependant cela ne suffit peut-être pas pour prendre la place que vous convoiter tant. Vous y allez certainement un peu fort en décriant une fausse politesse de ma part, je ne me le permettrai surement pas. Quant à cette possible intimidation, vous n'avez qu'à y voir une façon pour moi de vous mettre au courant de mes capacités. Ravaler ma fierté et ranger mon égo... je suis capable de bien des choses à condition que cela en vaille la peine.

Il reprit son souffle avant de continuer.

- Néanmoins, si c'était la dernière chose que Yuuji-sama souhaitait, je le respecte et n'irai pas à l'encontre de cette décision.

Ne restait plus qu'à attendre la réponse d'Hisashi pour surement clore cette réunion.
Revenir en haut Aller en bas
Bachi Roronoa
Juunin / Bretteur/ Moderateur

avatar

Juunin / Bretteur/ Moderateur

Messages : 1426
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 25
Localisation : Paris

Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4760/4760  (4760/4760)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
4200/4200  (4200/4200)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 114
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Mar 7 Jan - 8:25

Bachi regarda les évènements se dérouler pour que finalement, le grand manitou du conseil, celui que tout le monde ici respecte et devant qui, chacun s'écrase bien au fond dans son siège, arriva dans la place. Il fit un joli petit discours signifiant que Yasuo était à présent responsable du village sous sa responsabilité et tout le tintamarre. Le Shogun de Tetsu demanda ensuite son avis au Uchiha pour être sûr d'avoir sa loyauté, alors le Roronoa attendit, pour ne pas déranger, et au final cette conversation pris beaucoup trop de temps, alors le samuraï attrapa un papier et commença à griffonner quelques mots dessus, au début cela ne le dérangeait pas d'attendre puisqu'avec les évènements qui lui arrivait, il n'était pas important qu'il soit actif, mais là, il fallait qu'il reprenne du poil de la bête. Il ramassa ses trois sabres qui étaient par terre et les mis à sa ceinture pour reprendre la route, il se dirigea derrière le Suzuran pour lui glisser le rouleau dans la main discrètement (même si tout le monde put le voir bien entendu, mais au moins, il fit ça respectueusement). Une fois que le morceau de papier fut entre les mains de son maître, il prit la direction de la sortie du palais, toutes ces conversations l'avait ramolli, et à présent, il avait besoin d'action. Et quoi de mieux pour cela qu'une balade vers le désert de Suna afin de retrouver la trace de cet Arkam ainsi que de la lame des clans ! C'est donc en pensant à sa probable obtention d'une lame légendaire, qu'il fila à travers les escaliers du palais. En attendant, voici ce que le nouveau Kage pouvait lire dans son petit papier :

Bachi Roronoa, sur un petit bout de parchemin, a écrit:
Suzuran-dono,

Il me faut reprendre la route, je suis sur la piste de "La lame des clans", je pense que vous savez parfaitement de quoi je veux parler, au cas contraire, je vous l'expliquerais à mon retour mais je peux vous certifier que cela sera d'une aide majeur pour le village.
Concernant l'affaire Kenshi je n'avais pas pu vous faire mon rapport. Lui et ses hommes sont à la frontière d'Oni-no-kuni et n'en veulent plus au village pour l'instant. Si nous avons besoin d'eux pour une bataille, ils seront disponible : même si je crains malheureusement que je sois le seul qui puisse les convaincre de prendre les armes.

Je viendrais vous trouver dès mon retour au village,

Votre serviteur,
Bachi Roronoa, le Démon Vert.


...........................................................................................
Poches de Bachi:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


Feuille de personnage
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
2000/2000  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> ::
2000/2000  (2000/2000)
<font color=#e7e8e8>:</font> :: 300
Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   Jeu 9 Jan - 3:17

Les conseillers continuaient de discuter quand un homme un peu plus âgé que le grand conseiller siégeant à la place principale fit son entrée. Celui-ci était connu et aucun doute ne subsistait quant à son identité pour tout ceux qui siégeaient au conseil. On le salua très respectueusement et on fini par l'écouter attentivement. À cet instant, la salle du conseil n'avait jamais été aussi silencieuse. Sa présence dégageait une certaine aura, une aura qui vous dit que l'expérience qu'il a accumulé durant toute sa vie serait suffisante pour vous tuer sans que vous ne le sachiez. Ni pouvoirs héréditaires ni les fruits d'un long entraînement ne suffiraient à égaler son expérience. Sa vieillesse, elle, ne ferait que vous permettre de le voir disparaître avant de mourir, rien d'autre. Hum, oui, cet homme-là était sûrement de ceux-là, de ceux qui furent les légendes d'un village qui n'avait pas encore tant perdu. La situation avait tant changé en cent ans, après tout.

Quand il eut fini de parler, le Nurarihyon finit par redescendre sur terre. Il avait fini d'examiner le vieil homme pour devenir sa puissance et, à vrai dire, il n'avait guère de conclusion à donner. Il était calme, pleins d'ouvertures et pourtant si expérimenté que l'on pourrait penser qu'il le faisait exprès. C'était étrange de se retrouver face à de tels hommes, de ceux que le Uchiha ne pouvait tuer aisément à la simple utilisation de ses pupilles. Enfin, il réussit à comprendre qui était le nouveau leader du pays, c'était déjà un bon avancement dans la discussion. Et bien que, en soit, la parole d'un leader sur son lit de mort n'avait guère de poids, cela semblait convenir à tous dans le sens où l'on évitait un débat interminable. Hm, Hidemoto avait eut raison de se taire finalement, il avait pu garder sa réflexion pour lui-même.

Bien entendu, celui qui ne se gêna pas de prendre la parole fut le nouveau dirigeant du pays qui n'avait, toutefois, toujours pas compris le rôle du conseil mais soit. Il fit un discours un peu motivant histoire de faire bonne figure après les dix dernières minutes, puis il fini par demander une confirmation plus qu'inutile au conseiller, enfin, un en particulier.


- Hm. Le conseil n'est fidèle à personne, Yasuo-san. Il est celui qui reste malgré les âges, il permet la transmission des dossiers entre divers leader. Il est le fil rouge de tout ceux qui ont un jour eut votre poste. Alors, le conseil n'est pas fidèle à une personne mais plutôt à un pays. Assurez-vous de servir celui-ci comme il se doit en agissant pour son bien, et vous m'aurez à mes côtés. Comme ce fut dit à Konshio Yuuji ; mes yeux seront à votre disposition. Trahissez, salissez ou apportez la honte sur le clan et plus personne ne saurait vous garder la place qu'est la vôtre à ce jour. C'est une position bien éphémère que vous avez obtenu, Yasuo-san, je ne peux toutefois espérer qu'une chose : qu'elle le soit moins que pour la dernière personne nous ayant guidé...

En soit, tout ceci n'était pas des menaces, il faisait juste son travail. Le conseil était là avant tout pour palier au cas d'une trahison du leader. Eh oui, certains avaient été tenté de passer dans le camp ennemi pour divers avantages ; bien qu'ils n'aient souvent trouver que la mort une fois le service rendu. Suzuran Yasuo était, aux yeux du Uchiha, toujours l'homme ayant voulu prendre la cité par la force. Il lui faudrait prouver, à l'avenir, qu'il avait plus de tact et de respect pour son entourage. Que l'on soit Shogun d'un village ou Leader d'un pays, l'être humain avait le droit d'être correctement traité ... enfin, ses alliés.

- Kagami-san, allons y. Il nous faut informer le clan avant que la police du village représenté par les Uchiha ne se mettent à attaquer des étrangers.

Ils disparurent alors tout deux à deux cents mètres de là, à l'extérieur du bâtiment. Le pouvoir de Nurarihyon. Ils finirent alors par marcher en direction de leur clan, laissant ceux qui restaient dans la pièce à leur réflexion. D'ailleurs, le conseiller Hidemoto avait inversé la technique d'invocation, comme s'il ne voulait pas qu'on lui demande ce qu'il aurait répondu. Tss, il allait rendre le jeune homme fou avec ses tours de passe-passe.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Ryos 両 / Livres £

MessageSujet: Re: Réunion du conseil   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réunion du conseil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Réunion électronique du conseil d'administration
» [974] Réunion
» Réunion à Ostende le samedi 26 février 2011
» Communiqué du conseil national de l'UMT
» Union des Ecologistes pour la Normandie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales-of-Naruto :: Shinobi no Kuni :: Temple-